Home Brèves Allons, enfants du rapatriement

Allons, enfants du rapatriement

Nos confrères nous indiquaient ce dimanche qu’il y avait encore près de dix mille Français bloqués à l’étranger, plus de dix jours après l’éruption du volcan au nom imprononçable, sauf par les lecteurs de sagas islandaises. Dans la liste donnée des escales critiques où nos compatriotes doivent errer désespérément dans les duty free à contempler des Japonais et des Chinois acheter des parfums et des cravates qu’eux ne peuvent plus s’offrir depuis longtemps, on trouve Saint-Denis-de-la-Réunion, Pointe-à-Pitre, Fort-de-France, Bangkok, Pékin, Shanghaï et Punta Cana. Cette liste, obligeamment fournie par le ministère des Affaires étrangères, semble cependant oublier Kaboul, où près de trois mille Français avec des Famas et des VAB, escroqués par les voyagistes de l’OTAN, semblent durablement cloués au sol. En effet, seuls 41 d’entre eux ont pu être rapatriés depuis 2001. Dans des cercueils.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Oublier Belgrade
Next article Pédophilie : du crime au tabou
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération