Cette semaine, Alain Finkielkraut réagit aux propos qu’a tenus Emmanuel Todd dans L’Obs. Pour le démographe auteur de Qui est Charlie, « il n’y a pas vraiment de problème de l’islam en France. Il n’y a qu’un problème : l’islamophobie. Dire « Je suis Charlie », c’est dire « Je hais les pauvres ».

Aux yeux d’Alain Finkielkraut, ce ne sont que calomnies et insultes lancées à la figure des victimes de l’attentat de Charlie Hebdo, parmi lesquelles Charb, Cabu, Wolinski, Tignous et Bernard Maris. La gauche antifasciste ayant été « démentie par le Allahou Akbar des frères Kouachi, elle devient démente » en mettant la lutte contre « l’islamophobie » au centre de ses priorités alors qu’on tue des juifs et des dessinateurs au nom de l’islam.

Comme dans le dernier roman de Michel Houellebecq, la « soumission » aux diktats de l’islamisme est « en marche, une soumission d’autant plus obscène qu’elle se pare des oripeaux de la compassion » en ramenant la condition des musulmans de France à celle des juifs des années 1930.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Alain Finkielkraut
Philosophe et écrivain.Dernier livre paru : "En Terrain miné" avec Elisabeth de Fontenay (Editions Stock).
Lire la suite