Home Politique Affaire Anelka : de la quenelle à la querelle


Affaire Anelka : de la quenelle à la querelle

Affaire Anelka : de la quenelle à la querelle

anelka dieudonne quenelle

Je n’avais à vrai dire pas très envie de m’exprimer sur cette histoire de quenelle pour ne pas lui offrir une publicité qu’elle ne mérite pas. Je regrette d’ailleurs, comme Philippe Bilger, que le ministre de l’Intérieur ait décidé d’en faire son cheval de bataille comme si d’autres sujets ne devraient pas le mobiliser prioritairement. Le « pas de liberté pour les ennemis de la liberté » cher à Saint-Just divise encore le monde en deux. Il n’étonnera personne que je préfère me situer du côté de ceuxqui préfèrent aller affronter face à face Dieudonné dans son théâtre plutôt que ceux qui croient pouvoir le faire disparaître, lui et ses fans.

Cette séquence médiatique grotesque a pris une ampleur encore plus importante lorsque samedi après-midi, le footballeur Nicolas Anelka a cru intéressant d’effectuer le fameux geste de la quenelle pour fêter un but sur le terrain de West Ham avec son club de West Bromwich Albion. Sitôt le geste effectué, et avant même la fin du match, les réseaux sociaux se sont enflammés.

L’international français, qui avait été expulsé de l’équipe de France lors de la dernière coupe du monde en Afrique du Sud, provoquant le fameux épisode du bus, s’est ensuite justifié sur twitter, expliquant qu’il ne s’agissait pas d’un geste antisémite ni raciste mais « anti-sytème », en soutien à son ami Dieudonné.

Le footballeur avait déjà, par le passé, été pris en photo avec l’humoriste en train d’effectuer le fameux  geste, tout comme d’autres sportifs français. Mais l’exécuter en direct devant les caméras du monde entier (le championnat anglais est le plus regardé au monde) lui donne une dimension internationale qui n’est pas sans conséquences. La fédération anglaise de football a ainsi ouvert une enquête qui pourrait aboutir[1. Je dois reconnaître ma méconnaissance totale des règlements de la fédération anglaise de football et donc des bases sur lesquelles cette sanction pourrait être justifiée.] à sa suspension pour plusieurs matches. De même, le basketteur Tony Parker qui fait partie des sportifs français cités plus haut a fait l’objet dimanche d’un reportage d’une chaîne américaine, ce qui pourrait valoir quelques ennuis à cette star de la NBA, déjà sommée de s’excuser par le centre Simon Wiesenthal.

Mais la « quenelle » d’Anelka pourrait avoir d’autres conséquences, en France cette fois. Primo, il est fort possible qu’Anelka ait donné le top départ à de nombreux autres footballeurs de notre championnat. Mon petit doigt me dit que Dieudonné bénéficie d’un succès d’estime non négligeable dans les vestiaires français. Il suffit de relire Daniel Riolo pour s’en convaincre. Est-ce consciente de cet engouement que Valérie Fourneyron, la ministre des sports, a réagi aussi promptement en condamnant Anelka ? Possible. Mais on pourrait aussi se demander si son indignation légitime n’est pas contre-productive.  Je crains en tout cas que certains buts de notre championnat soient fêtés de la même manière dans les prochaines semaines, et que les polémiques à ce sujet ne s’éteignent pas de sitôt.

Deuxio, une autre conséquence pourrait naître du renfort d’Anelka à Dieudonné M’Bala M’Bala. Depuis qu’il a effectué ce geste et qu’il l’a justifié par une prise de position « anti-système », les rieurs ont en effet changé de côté. Anelka anti-système ? C’est à se rouler par terre de rire ! Lui, le millionnaire homme-sandwich pour Quick et Danone. Lui qui justifie sa présence à Londres par la trop grosse pression fiscale et l’hypocrisie de ses compatriotes envers l’argent. Le système, le business, le fric, il nage dedans comme un poisson dans l’eau. Anelka incarne à merveille le mercenaire mondialisé qui profite du système, le nomade dénoncé à longueurs de vidéos par Alain Soral, le comparse de Dieudonné. Justement, Soral, dans une dernière vidéo postée avant qu’Anelka ne défraie la chronique, avait officiellement renoncé à la quenelle, expliquant qu’il lui préférait désormais le plus « gaulois » bras d’honneur. Soral aurait-il eu du flair ? Rien n’est moins sûr. Cette soudaine prise de distance semble plutôt avoir été provoquée par ses démêlés avec Madame M’Bala M’Bala à propos de la propriété intellectuelle (sic) de la quenelle. Mais cette coïncidence lui permettra de ne pas avoir à se justifier. Faire passer Anelka pour « un patriote français[2. “En équipe de France, je n’ai jamais voulu chanter La Marseillaise, ça ne m’est jamais venu à l’idée. Et si on m’avait demandé de le faire, j’aurais refusé, j’aurais quitté l’équipe” (Anelka aux Inrocks – Novembre 2010.] en lutte contre les mercenaires mondialistes » eût été une gageure, même pour un dialecticien aussi rusé que lui…  À l’heure où nous écrivons ces lignes, d’ailleurs, aucune allusion directe à Anelka n’est affichée sur le site de Soral. Alors que Dieudonné s’est empressé de remercier son ami footeux via Twitter. Qui sait si Anelka, dans sa grande naïveté, ne sera pas à l’origine d’une nouvelle scène de ménage dans le couple quenellier ?

*Photo : Ben Queenborough/BPI/RE/REX/SIPA. REX40316519_000008.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Badiou, les femmes et les 343 salauds
Next article La lumière est fête !

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération