Home Monde À l’ONU, Téhéran fait l’unanimité

À l’ONU, Téhéran fait l’unanimité

Suite aux graves événements d’hier, le président du parlement iranien, Ali Larijani, a ce matin, violemment condamné… la condamnation par le Conseil de sécurité des Nations-Unies de l’attaque de l’ambassade de Grande-Bretagne mardi à Téhéran par des « étudiants » : « La décision prise hâtivement par le Conseil de sécurité pour condamner les actes des étudiants vise à couvrir des crimes commis antérieurement par l’Amérique et la Grande-Bretagne, alors même que la police a tout fait pour maintenir le calme », a dit, sans rire, Larijani au Parlement, avant de conclure sur un ton un rien menaçant: « Cette mesure sournoise sera un facteur d’instabilité pour la sécurité internationale ».

La veille, le ministère iranien des Affaires étrangères avait pourtant lui aussi condamné cette invasion réagi, en exprimant dans un communiqué ses « regrets pour le comportement inacceptable d’un petit nombre de manifestants » et en s’engageant à traduire en justice les « étudiants » anglophobes.

Alors pourquoi ces deux sons de cloches (si tant est qu’on ait encore le droit de sonner les cloches en Iran) ? Il faut croire qu’à Téhéran, on a été très vexé par la virulence inhabituelle de l’ONU. Après les excuses formelles du ministère des Affaires étrangères, on pensait que comme à l’accoutumée, l’affaire en resterait là et on ne s’attendait pas à une réaction ferme, immédiate et unanime du Conseil de sécurité, qui a adopté son texte par 15 voix sur 15 membres, Russie et Chine comprises.

La morale de l’histoire ? Massacrez civils, femmes et enfants, truquez les élections, abrogez toutes les libertés élémentaires, rétablissez l’esclavage, vous pourrez toujours sévir en paix sans craindre d’être ramené à la raison par une réaction unanime et sévère du Conseil de sécurité. En revanche, si vous commencez à vous en prendre à des diplomates…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Désenchaîner la France
Next article Après Arno, me faudra-t-il soutenir Rama?
De l’Autonomie ouvrière à Jalons, en passant par l’Idiot International, la Lettre Ecarlate et la Fondation du 2-Mars, Marc Cohen a traîné dans quelques-unes des conjurations les plus aimables de ces dernières années. On le voit souvent au Flore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération