Quantcast
Home Médias Télérama fait sa «Une» avec le dernier livre de Virginie Despentes!


Télérama fait sa «Une» avec le dernier livre de Virginie Despentes!

« Cher Connard »...

Télérama fait sa «Une» avec le dernier livre de Virginie Despentes!
Photo: Hannah Assouline

La revue qualifie la publication du roman d'”événement de la rentrée”. Il est vrai qu’il porte un beau titre. 


Télérama est un hebdomadaire consacré à la télévision. Il lui arrive toutefois de faire des détours par la littérature. Il ne rate, a priori, aucun livre à succès. 

Mais comme cet hebdomadaire pense bien, il est très sélectif dans ses choix. En effet, les centaines de milliers d’exemplaires vendus par Houellebecq, Zemmour ou Onfray le laissent de marbre. 

Mais Virginie Despentes est de la famille, c’est pourquoi elle s’affiche sur la couverture de Télérama avec cette appréciation : « le livre évènement ». Nous ne savons pas vraiment s’il s’agit d’un évènement. Mais pour Télérama, c’en est un. 

Nous nous sommes immédiatement reconnus dans le « cher connard ». Oui, c’est bien de nous qu’elle parle, c’est bien à nous qu’elle s’adresse. Sans doute est-ce un peu direct et familier, mais c’est certainement très affectueux. Familier pour familier, nous nous autorisons à dire « tu » à Virginie Despentes. Et à parler comme elle. Chère connasse, il nous faut confesser que nous n’avons lu aucun de tes livres, donc il nous est impossible d’en dire du bien. 

Les aurions-nous lus, que nous en aurions dit du mal puisque nous sommes un connard réactionnaire. Merci, chère connasse, de t’adresser à nous par « cher connard réactionnaire » car nous revendiquons haut et fort cette appellation. 

Il y a quelques années, tu avais, chère connasse, réagi de façon sublime à l’assassinat des dessinateurs de Charlie Hebdo. Tu avais crié ton admiration pour les frères Kouachi qui avaient préféré « mourir debout plutôt que vivre à genoux ». Tu avais, chère connasse, vibré pour leur courage. Tu les avais trouvés beaux, magnifiques et virils. On suppose que c’est peut-être ta libido qui avait parlé. Maintenant, chère connasse, il nous faut vous quitter car nos chers connards de lecteurs nous attendent.  


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Raid sur Mar-A-Lago : Comment l’Amérique est devenue une république bananière (2/2)
Next article C’est difficile d’avoir un rendez-vous en dermatologie!
est journaliste et essayiste

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération