Empêtrées dans leurs querelles internes, fragilisées par la fonte de leurs effectifs, les confédérations sont mal armées pour résister à la présence de plus en plus palpable de l’islam sur les lieux de travail. Mais veulent-elles seulement lutter ? Enquête.


Si toute la France connaît aujourd’hui le nom et le visage de Maryam Pougetoux, ce n’est pas parce que cette jeune femme est présidente de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) à Paris-IV, mais parce qu’elle porte le voile islamique. C’est certes son droit, comme l’ont répété ses nombreux avocats, mais ce signe religieux ostentatoire n’en a pas moins suscité, en plus d’une âpre polémique, quelque désarroi à gauche : « Bigoterie patriarcale et sexiste en contradiction avec les combats féministes que l’UNEF a toujours portés », a lancé Bruno Julliard, adjoint à la mairie de Paris et patron de l’UNEF de 2005 à 2007. Même colère de Julien Dray, ancien pilier de l’organisation : « La direction du syndicat qui accepte cette jeune dame comme dirigeante souille tout notre combat. » Maryam Pougetoux a été défendue par la direction nationale de l’UNEF, ainsi que par des personnalités politiques comme Olivier Besancenot (NPA) et Alexis Corbière (LFI).

« Un apartheid ethnique et religieux »

« Mon voile n’a aucune fonction politique », a clamé la jeune fille dans Le Monde du 20 mai. On a du mal à la croire. À sa décharge, elle n’a que 19 ans. Elle sortait à peine de maternelle quand la question de l’influence islamique dans le monde syndical est devenue un vrai sujet, au tournant de la décennie 2000. C’est à cette époque que les services de renseignement ont commencé à s’inquiéter de la création de réseaux salafistes structurés dans certaines entreprises.

A lire aussi: Non-dits dans le métro: enquête sur l’islamisation de la RATP

La présence de musulmans dans les syndicats n’est évidemment pas une surprise. Ils étaient déjà majoritaires au sein des usines automobiles d’Île-de-France dans les années 1980. Le calendrier de l’hégire siglé Force ouvrière, qui a suscité la polémique, est d’ailleurs à replacer dans ce contexte (voir entretien avec Denis Maillard).

Beaucoup plus inquiétants sont en revanche les réseaux salafistes, avec lesquels des syndicats composent et temporisent. Ils ont été décrits dès septembre 2005 par un rapport du Centre français de recherche sur le renseignement, rédigé par Éric Denécé. À la même époque, la gendarmerie démantelait le réseau Ghazaouet, au sein de la société Connecting Bag Services (CBS), sous-traitant d’Aéroports de Paris spécialisé dans la manutention des bagages. Ghazaouet est une ville côtière algérienne. Des salariés français natifs de cette région s’étaient organisés « sur des bases ethniques et religieuses, selon un système de type mafieux », pointe alors une note des Renseignements généraux. Ils faisaient venir des nouvelles recrues de Ghazaouet et évinçaient autant que possible les Français de souche du recrutement et des promotions, instaurant « un apartheid ethnique et religieux ».

Le réseau Ghazaouet pillait les bagages: le vol d’Occidentaux étant assimilé à un acte de foi 

Le réseau Ghazaouet, par ailleurs, pillait massivement les bagages, ce qui a provoqué une plainte d’Air France (avec 40 interpellations et plus d’une vingtaine de condamnations en correctionnelle à la clé). Pour les RG, cette conjugaison de la délinquance, du fondamentalisme et du pillage n’avait rien de fortuit : « Islamistes et délinquants des cités œuvrent de concert pour placer l’aéroport sous la loi de la charia », affirmait la note1, ajoutant que le vol d’Occidentaux étant assimilé à un acte de foi et de résistance. Or, c’est souvent passé sous silence, l’un des leaders du réseau Ghazaouet était délégué syndical ! Quand l’affaire a éclaté, SUD Aérien a d’ailleurs soutenu les salariés de CBS dont les badges d’accès aux zones sécurisées de la plate-forme de Roissy avaient été annulés, en dénonçant une « chasse aux musulmans »

Histoire ancienne ? Pas tout à fait. Une semaine seulement après les attentats du 13 novembre 2015, la gendarmerie du transport aérien perquisitionnait plusieurs sociétés de la plate-forme de Roissy. À Servair (groupe Air France), un ancien délégué Force ouvrière a été suspendu. Il conservait plusieurs Corans dans son armoire, à des fins de prosélytisme. En décembre 2013, la CGT d’Air France a écarté une dizaine de délégués de Roissy Escale pour cause de communautarisme et d’intolérance religieuse. Ils ont immédiatement rejoint le Synd

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2018 - #58

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite