L’Association nord-américaine des joueurs de Scrabble envisage de bannir 225 mots sexistes ou racistes


« L’Association nord-américaine des joueurs de Scrabble envisage de bannir 225 mots sexistes ou racistes », nous apprend Le Monde. À commencer par le « n word », périphrase qui désigne le mot « nigger » (nègre), désormais imprononçable dans la bonne société américaine. Le président de l’association John Chew a tiré les leçons du 1984 d’Orwell : c’est en réduisant le langage que l’on inhibe les mauvaises pensées.

A lire ensuite, Sami Biasoni: Racistes du troisième millénaire

Avec les meilleures intentions du monde, ce joueur a justifié la censure dans les colonnes du New York Times :

« Quand des gens meurent dans les rues dans un contexte de tensions raciales et que ce mot [N word] a encore tant de pouvoir, il faut se dire que nous jouons à un simple jeu et que nous devons faire ce que nous pouvons pour aider, à notre façon. » Des mots aux coups puis aux morts, il n’y aurait qu’un pas. Le Monde précise que « salope », « ritale » ou « enculé » sont jusqu’à aujourd’hui admis dans le dictionnaire qui fait autorité sur le jeu. De quoi encourager féminicides, pogroms anti-italiens et homophobes ? Un génie africain du Scrabble n’est pas de cet avis. Cité par Le Monde, le Nigérian Wellington Jighere, champion du monde 2015 de la discipline, sépare les mots des choses : « C’est juste un mot. Le simple fait de le jouer sur un plateau de Scrabble ne veut pas dire que le joueur entend être offensant. » Ouf, on respire !

A lire ensuite: La semaine progressiste de Jeremy Stubbs

Au début des années 90, dans son sketch hilarant sur le Scrabble, Pierre Palmade avait notamment imaginé une mère de famille qui inventait des mots, dont son mari dit qu’elle « parle beaucoup mieux sénégalais que français » et un ado prépubère atteint du syndrome de la Tourette qui multiplie les insanités en mot compte triple. Quitte à oublier le r de sucre. Ce mauvais esprit n’a pas pris une ride. Mais sera-t-il bientôt rendu obsolète par l’épuration langagière en cours ? Brassens nous avait prévenus : « Ils ont vécu de profundis, les joyeux jurons de jadis… »

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Daoud Boughezala
est journaliste.
Lire la suite