Raoul Taburin a un secret sort au cinéma. L’adaptation, par Pierre Godeau, de l’oeuvre de Sempé est une parenthèse enchantée, un morceau de France éternelle dans une réalité qui part en fumée. 


Dans un monde dévasté, l’idée même d’une France éternelle se brouille à l’horizon. Comme si nos fondations ne tenaient qu’à un fil. Comme si l’avenir allait engloutir tout ce qui, jadis, nous constituait intimement, spirituellement et charnellement. Nous errons dans une globalisation tels des funambules de l’Apocalypse. Sans héritage ni espoir. N’ayant à partager que de la rancœur et des indignations successives. Nous avons perdu le sens du beau et du tragique, pour se terrer dans l’émotion factice et l’indécente transparence.

L’échappée solitaire

Notre identité mouvante et instable, nostalgique et poétique, insaisissable et pourtant si lumineuse, apparaît trop souvent sous le masque ricanant du cynisme. Cette semaine, il a fallu un incendie pour que la capitale vibre à nouveau dans sa pierre, pour que les individualités se taisent juste quelques minutes, que le silence ne soit pas perçu comme un aveu d’échec.

Nous avons été happés par les flammes et le sentiment que notre maison brûlait, que les dérèglements étaient en marche, que nous ne maîtrisions plus rien du tout. Dans ces moments de doute et de colère, nous avons la tentation légitime de nous réfugier ailleurs, de nous extraire, un instant seulement, de cette terrible nasse. Une volonté d’échapper à notre destin, comme si c’était possible, comme si nous avions le choix de laisser notre esprit vagabonder à sa guise, d’oublier les injonctions de la société, de respirer le parfum d’un champ de lavande, de conquérir une départementale à bicyclette, à la force des mollets.

Sempé dessine le paradis terrestre

Notre nature rêveuse n’est pas un frein à notre émancipation. Il y a du panache à faire un pas de côté et à simplement se poser. La frénésie n’est pas une fin en soi. Certains trouveront cette attitude déplorable, une forme d’abandon et de renoncement. Une défaite de plus à notre triste palmarès, nous en avons l’habitude. Quand les menaces nous encerclent, il existe encore des territoires vierges que les salisseurs de mémoire n’ont pas encore saccagé. Nous y musardons avec délice.

Une bulle où notre pays se ressourcerait, s’apaiserait et s’élèverait. Les dessins de Sempé sont cette bouée de sauvetage dans l’océan d’indifférence qui nous entoure. L’artiste a toujours mis le réel à distance, les souffrances de ses personnages se soignent par du mercurochrome. Il n’a jamais prétendu portraiturer une France pleine d’injustices et de drames. Il laisse à d’autres le plaisir de noircir l’existence, de se vautrer dans la violence et l’aigreur. Sempé nous parle d’une France sous cloche, d’une image d’Epinal dépassée, issue des « Trente glorieuses » probablement, d’une parenthèse enchantée mais il dessine tout de même un idéal commun. Un rêve à hauteur d’hommes. Une fraternité du quotidien.

La France des facteurs à vélo

Chez lui, les fractures sont plus fémorales que sociales. Ne croyez pas qu’elles soient moins douloureuses et sensibles. L’âme trinque aussi dans son univers, en sourdine, sans importuner son voisin. Les joies et les misères n’ont pas besoin d’un surligneur grossier, Sempé décrypte nos petites torpeurs intérieures. Son imaginaire presque désuet vous paraîtra indolore, et il vous poursuivra cependant toute votre vie. Cette fausse légèreté qui semble sortir d’une carte postale dentelée, des routes cernées de platanes sans radars, des places de village somnolentes où le facteur à vélo distribue sereinement le courrier et le charcutier travaille le jambon à l’os. Oui, tout ce décor a quelque chose de dérisoire et de futile, c’est pourquoi il est essentiel, voire consubstantiel à notre équilibre mental.

Nous sommes tous des Marcelin Caillou (1969), des Monsieur Lambert (1965) ou des Raoul Taburin (1995) en puissance. Sempé est notre illustrateur de famille, il nous suit plus assurément que le médecin et le notaire.

Faire un tour de Taburin

Depuis aujourd’hui Raoul Taburin a un secret réalisé par Pierre Godeau avec Benoît Poelvoorde et Edouard Baer est dans les salles. L’histoire banale et émouvante d’un réparateur de vélo ne sachant pas tenir sur une selle, de ces drames intimes qui font des secrets sur plusieurs générations. Taburin est une figure locale qui s’est construit sur un mensonge. Un léger travestissement de la vérité qui conditionne sa destinée sentimentale.

L’image en mouvement trahit un peu le trait élégant de Sempé. Malgré tout, ce film a le charme des vieilles bâtisses. On s’y installe douillettement. Les cigales chantent dans la Drôme, la narration a des lenteurs provinciales délicieuses. L’action n’est pas bavarde. Les acteurs cabotinent assez pour mériter leur cachet. Et puis, il y a une apparition céleste. De ces silhouettes qui font trembler les cœurs et ravagent tout sur leur passage. Qui n’a pas vu l’actrice québécoise Suzanne Clément en robe de soie, les cheveux bouclés et l’émotion à fleur de peau, magistrale de sensualité et de maternité, ne connait pas la France.

Lire la suite