Rama Yade a rejoint le Parti Radical de Jean-Louis Borloo. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi quand j’entends Parti Radical, j’imagine de sympathiques notables laïcards, bons vivants, à l’embonpoint républicain, sortant de table et affichant un teint de brique où se lisent les prodromes de la crise d’apoplexie. Rien, donc, qui ne rappelle de près ou de loin l’impeccable plastique et le sourire ravageur de l’ancienne secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme puis à la Jeunesse et aux Sports. Politiquement, le coup est pourtant plutôt malin. Rama Yade a compris que la vieille boutique valoisienne a toujours représenté une manière sympa d’être de droite, avec ce qu’il faut d’ADN républicain pour éviter les dérives libérales et sécuritaires. En plus, si l’on en croit l’entretien qu’elle a donné au Parisien, son intention de reconquérir l’électorat du Front National « par la gauche » en insistant sur la cohésion sociale montre une analyse de la situation plutôt fine. Elle a compris en effet que la façon dont le gouvernement court après l’électorat lepéniste en croyant que ses préoccupations premières sont toujours la sécurité et l’immigration est tout aussi inefficace que celle des moralisateurs d’une certaine gauche qui culpabilise le vilain « électeur facho ».

Lire la suite