Home Brèves Rafic Hariri : enfin du neuf, enfin des noms


Rafic Hariri : enfin du neuf, enfin des noms

Le tribunal spécial de l’ONU enquêtant sur l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005 à Beyrouth a remis il y a quelques heures son acte d’accusation. Selon les médias libanais, 4 mandats d’arrêt ont été lancés contre des membres du Hezbollah. Il s’agit de Salim Ayach, responsable des opérations spéciales, Moustapha Badr A-din, Assad Sabra et Hassan Issa. Un cinquième mandat sera lancé prochainement à l’encontre d’un homme qui, dit-on, ne serait pas libanais.

Maintenant c’est au gouvernement de Beyrouth de tenir ses promesses et donc juger les suspects. Or, le mouvement chiite a provoqué en janvier une crise politique et la chute du gouvernement dirigé par Saad Hariri justement par ce que ce dernier avait refusé de mettre fin à sa coopération avec le tribunal spécial. Le nouveau gouvernement, présenté devant le parlement il y a quinze jours, est contrôlé par le Hezbollah et ses alliés pro-syriens. D’ici à ce qu’il stipule par une fatwa ad hoc que Rafic Hariri a été victime d’une explosion accidentelle…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article La relève de Lagarde, show républicain
Next article Passionarias ou ayatollahs, à chacun sa croix
est historien et directeur de la publication de Causeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération