Plusieurs compagnies de CRS ont procédé ce matin dès l’aube à l’évacuation forcée d’un squat géant près de Rennes.

Installé dans une ancienne maison de retraite à Pacé , ce campement abriterait d’après les militants locaux de Droit au logement, qui avait « réquisitionné » le bâtiment, près de 250 demandeurs d’asile.

« Les forces de l’ordre sont arrivées sur place à 04h15 » et depuis « plus personne ne peut entrer ni sortir », a expliqué à l’AFP le responsable de l’association pour l’Ille et Vilaine. Les occupants, ajoute-t-il « vont être convoqués par la préfecture qui leur donnera leur destination »

Ladite préfecture d’Ille-et-Vilaine a indiqué hier que des tickets de bus seront distribués aux expulsés pour leur permettre de rejoindre la préfecture , qui procédera à leur relogement sans « aucune mise à la rue ».

On est donc très content pour ces 250 réfugiés politiques présumés, principalement d’origine géorgienne, arménienne et mongole qui trouveront ainsi plus facilement à se loger qu’une famille lambda de prolétaires banlieusards.

Et on est au passage aussi assez amusé par l’opportunisme sans faille du ministre de l’Intérieur, qui pour procéder à cette expulsion sans rencontrer de trop de résistance des gauchos de service, a su attendre le bon moment, c’est-à-dire celui où tous les militants alter du Grand Ouest sont partis camper à Notre-Dame des Landes…

Lire la suite