Home Brèves Primaire UMP : Jérôme Cahuzac vote Fillon


Primaire UMP : Jérôme Cahuzac vote Fillon

Un dirigeant de l’opposition peut-il légitimement appeler son camp à manifester dans la rue son opposition à la politique du gouvernement ? Si nous parlions du Bahreïn ou de la Biélorussie, la réponse serait dans la question. Mais il semble que cette logique d’impossibilité majeure vaille aussi chez nous, au moins pour certains.

Ainsi, le ministre du Budget Jérôme Cahuzac a estimé ce lundi matin sur RTL que Jean-François Copé, qui a dit songer- s’il était élu à la présidence de l’UMP – à appeler les Français à « descendre dans la rue » pour manifester contre la politique du gouvernement socialiste, en appelait au “désordre”.

Ce dimanche, le secrétaire général de l’UMP avait osé envisager une mobilisation comparable à celle du mouvement en faveur de l’école libre en 1984, marquée par une manifestation géante qui enterra ad vitam aeternam le projet de loi socialiste de service public unifié de l’Education.

On comprend bien que 28 ans après les faits, cette claque évoque de mauvais souvenirs mais on aurait tout de même pu attendre un peu plus de rigueur, surtout de la part d’un ministre du Budget. Au lieu de quoi, Cahuzac en fit des tonnes, comme l’atteste ce petit best of :

« J’estime que cet appel est, de mon point de vue, disqualifiant pour ce personnage »

« Nous avons là quelqu’un qui est candidat à la présidence de l’UMP et qui au fond a si peu confiance dans son parti, dans ses troupes parlementaires, qu’il en appelle à la rue, c’est-à-dire au désordre »

“Il démontre que, pour l’instant en tous cas, ce n’est pas un homme d’État.”

Heureusement que le PS, quand il était dans l’opposition, n’a jamais appelé le peuple de gauche à descendre dans la rue, sinon, on aurait frisé la mauvaise foi.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article “Poitiers 732”: mythes de droite contre fantasmes de gauche
Next article Congrès de Toulouse : Harlem Désir est-il lepenisé ?
De l’Autonomie ouvrière à Jalons, en passant par l’Idiot International, la Lettre Ecarlate et la Fondation du 2-Mars, Marc Cohen a traîné dans quelques-unes des conjurations les plus aimables de ces dernières années. On le voit souvent au Flore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération