Ce sont les excellents geeks blogueurs de MacBidouille, les majors américaines du disque n’y sont pas allés avec le dos de la cuiller en matière de dommages et intérêts dans le procès qui les oppose a Limewire, un des sites pionniers en matière d’échange de fichier P2P (ce qu’on appelle « piratage », quand on est actionnaire d’Universal, de Sony Music ou de l’UMP et qu’on veut faire peur à votre maman)

D’après la source de MacBidouille, le site informatique US Fudzilla, le préjudice subi est estimé par les victimes supposées quelque part entre « 400 milliards de dollars pour la fourchette basse, la fourchette haute étant, elle, de 75000 milliards de dollars ».

On félicitera donc les statisticiens et les juristes des majors pour la précision de leurs calculs, tout en regrettant que le juge en charge du procès n’ait pas apprécié à sa juste valeur cette comptabilité créative puisque qu’il a jugé « absurdes » les prétentions des pauvres maisons de disques.

Il faut dire, à titre de comparaison, que 75000 milliards de dollars, c’est pile 20 fois plus que le budget fédéral annuel des Etats-Unis…

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.est rédacteur en chef de Causeur. Pilier du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons, il a notamment été rédacteur en chef de "L’Idiot International ".
Lire la suite