Un homosexuel doit-il forcément se définir comme tel ? Refusant de réduire sa personnalité à sa sexualité, l’humoriste Pierre Palmade a confessé sur le plateau de Laurent Ruquier ne pas se sentir « gay » 24 heures sur 24. Un scandale aux yeux des associations des LGBT qui crient au traître pour défendre leur gagne-pain.


Samedi dernier, le plateau d’ »On n’est pas couché » était un concentré de festivisme, de fausse tolérance affichée et de victimologie appliquée ; avec la présence au casting des Crevettes Pailletées, comédie LGBT lourdingue, et de Roméo Elvis, jeune bobo rappeur belge qui a battu sa coulpe pour la présence d’un grand-père au Congo.

Palmade seul

Seul Pierre Palmade apportait un peu de fraîcheur. Quand il eut fini sa flagellation publique concernant ses addictions, il évoqua son homosexualité de manière délicate et nuancée en affirmant qu’il « aurait préféré être hétéro ». Il fit surtout  la distinction entre homo et gay : « Il y a les homos et les gays. (…) Les gays c’est des gens qui mangent gay, qui vivent gay, qui rient gay, qui font des films gays. Les homos, ce sont des gens qui sont homos mais ce n’est pas marqué sur leur front. » Bien sûr la sainte Eglise LGBT ne tarda pas à réagir le lendemain sur Twitter en la personne entre autre de Joël Daumier, vice-président de SOS Homophobie : « Palmade Pierre, on vous rappelle que si vous pouvez vivre et aimer librement en tant que gay aujourd’hui c’est grâce à celles et ceux qui se sont battus dans l’histoire pour obtenir ce droit. »

Cette sortie enchanta par contre Jean-Pier Delaume-Myard, homosexuel aussi, auteur de documentaires et porte parole de la Manif pour tous, « Merci à Pierre Palmade d’aller dans cette logique. Pour être clair : toutes les féministes sont des femmes, toutes les femmes ne sont pas féministes. Il en va de même des homosexuels, tous les homosexuels ne sont pas gays. Que cela plaise ou non à la LGBTQI qui n’accepte pas que l’on sorte de sa ligne de pensée. » écrit-il sur Facebook. Jean-Pier Delaume Myard va plus loin, pour lui le lobby LGBT a « confisqué la parole des homosexuels, il s’agit d’une minorité qui terrorise la majorité , quelle image la Gay Pride donne-t-elle des homosexuels à ceux qui vivent dans les campagnes et les petites villes ? ».

Homos vs LGBT

Vous l’aurez deviné, Delaume-Myard est à l’opposé de l’idéologie LGBT,  fervent catholique et homosexuel, il se bat contre la GPA qu’il considère comme de « l’esclavage moderne ». Il est également l’auteur de Homosexuel, contre le mariage pour tous paru en 2013 chez Duboiris, qui fut bien sûr boycotté en France, les libraires refusant même de le vendre de peur des représailles. Il y défend une position qui met l’intérêt de l’enfant au centre, et milite pour le droit des homosexuels à vivre une vie tranquille sans forcément tortiller du cul une fois l’an sur un char à la Gay pride, une sorte de « laïcité » de l’homosexualité qui va à l’encontre des débordements ostentatoires et quasi religieux de l’Eglise LGBT.

Aussi extravagant que cela puisse paraître quand on connait le sort que réserve certains pays musulmans aux homosexuels, il y a de nombreux points commun entre les militants LGBT et les islamistes : même obsession identitaire, même communautarisme et même terrorisme intellectuel à l’encontre des membres de leur communauté qui oseraient penser différemment.

Lire la suite