Quantcast
Home Culture Le Palais de Tokyo, joyau de l’Art déco en perdition


Le Palais de Tokyo, joyau de l’Art déco en perdition

Il est plus urgent de le restaurer que d'y installer Jeff Koons

Le Palais de Tokyo, joyau de l’Art déco en perdition
Palais de Tokyo, Paris, décembre 2016. ©Guilhem Vellut

Le Palais de Tokyo, initialement appelé « Palais des musées d’art moderne », regroupe en un seul ensemble deux musées jumeaux. À l’est s’étend le musée d’Art moderne de la Ville de Paris. À l’ouest, un espace relevant de l’État est actuellement dédié à l’art contemporain. C’est cette aile qu’on dénomme dorénavant Palais de Tokyo. Le lien avec la capitale nippone est fortuit. Il tient à son emplacement sur l’ancien quai de Tokyo, rebaptisé en 1945 avenue de New York.

Tags, détritus et skateboards

Cet ensemble monumental a été érigé pour l’Exposition universelle de 1937, dans le style Art déco, afin de contribuer au prestige artistique de la France et au retour de commandes internationales. Un groupe de statues y a été implanté, de façon à ce que les maîtres français les plus fameux à l’époque soient représentés. Les œuvres ont été coordonnées pour former un harmonieux jardin de sculptures autour d’un bassin. Charles Despiau (1874-1946) n’a jamais pu finir son Apollon qui devait couronner le tout au milieu. C’est pourquoi a été installée en remplacement une quatrième épreuve de La France d’Antoine Bourdelle (1861-1929). Dans ses habits de Pallas-Athénée, cette figure héroïque est devenue après-guerre une effigie de la France libre. Elle est érigée au centre, au-dessus des espaces ayant servi au stockage des biens juifs spoliés. De part et d’autre, on peut également voir, enchâssés dans les murs, les magnifiques bas-reliefs d’Alfred Janniot (1889-1969) encore en place, par la force des choses. Cependant, la plupart des statues présentes à l’origine ont disparu. Les dix qui entouraient le miroir d’eau ont été dispersées dans une course à la simplification de l’architecture. Elles ont été remplacées par de petits vases qui, à leur tour, ont été éliminés. À présent, il ne subsiste que les socles autour d’un bassin vide et parfois garni de détritus. L’espace dallé de part et d’autre est devenu un sympathique rendez-vous de skateboard. Les quelques sculptures restantes sur les marges sont abondamment taguées. Elles sont même parfois si multicolores qu’on pourrait croire à des créations du pop art. Ce lieu, qui devrait être l’un des plus beaux endroits de Paris et un témoignage magnifique de l’Art déco français, fait presque figure de terrain vague, de friche urbaine.

Pour des raisons incompréhensibles et indéfendables, le Palais de Tokyo n’est même pas classé monument historique. La priorité, voire l’urgence, est de restaurer cet ensemble exceptionnel. Il faut le rétablir dans son état d’origine, le plus riche, le plus cohérent, celui qui était prévu pour être définitif, c’est-à-dire celui de 1937. Il serait indécent de consacrer des sommes considérables pour accueillir les Tulips de Jeff Koons avant d’avoir remis cette question à l’ordre du jour et réglé ce problème.

Mars 2018 – #55

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article “White privilege”, le nouveau mythe antiraciste
Next article Canada: adieu “madame”, “monsieur”, “père”, mère” !
est écrivain. Dernier ouvrage paru : Précipitation en milieu acide (L'éditeur, 2013).

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération