Le week-end prochain, le Front national de la jeunesse (FNJ) tiendra son grand barnum annuel à Fréjus. Sur les plages varoises, Julien Rochedy passera le témoin à l’apparatchik Gaëtan Dussausaye, 19 ans, sorte de bébé Philippot à l’avenir politique tout tracé.  Mais dans les murs de la cité varoise, c’est un autre jeune frontiste qui fait parler de lui : le maire David Rachline, 27 ans, élu maire au printemps dernier après avoir présidé le FNJ de 2009 à 2011. La pomme de la discorde ? Un projet de mosquée, Al-Fath, (« l’extension, la conquête »), que les musulmans locaux s’apprêtent à construire au grand regret de bien des électeurs frontistes, chauffés à bloc contre l’islam. Juste après son élection, Rachline enchérissait sur les peurs, appelant même à un référendum, dans des diatribes dignes du suisse Oskar Freysinger.

Quelques mois plus tard, une fois la bise du pouvoir venue, voilà que le nouvel édile se ravise. Plus question de consultation populaire, Rachline entend maintenant procéder par consensus, en mettant riverains, musulmans (« qui ont droit à des lieux de culte dignes ») et mairie autour d’une table. Avis à la population : plus question de référendum ! Oubliées les rodomontades du printemps, le premier fréjussien revient à ses amours d’antan, lorsque militant parallèlement au FN et à Egalité et Réconciliation, il prenait bien soin de distinguer l’islam de l’immigration, à la suite d’Alain Soral et de Jean-Marie Le Pen. Vous connaissez la chanson donc je vous la fais courte : mieux vaut le voile que le string, « le respect des cinq piliers de l’islam est compatible avec la République » (dixit Le Pen père, il y a quelques années, avant de se raviser), la cave à prières n’est pas la cave à tournantes, etc. On l’a oublié, mais la campagne 2007 du vieux Le Pen se fit sur cet axe résolument islamophile, du discours de la dalle d’Argenteuil à l’affiche montrant une beurette en string pleurant sur le lait renversé : « UMP, PS : ils ont tout cassé ! »

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts frontistes : Soral a quitté un FN qu’il juge trop « sioniste » tandis que Le Pen senior coule une préretraite devant des journalistes à l’affût de sa dernière blague vaseuse. Rachline plébiscité au printemps, sur une ligne qui n’était pas la sienne, s’attire aujourd’hui les foudres de l’extrême droite identitaire. Devant tant de mansuétude à l’égard des musulmans varois, Fdesouche crie ainsi à la trahison et  au « double discours ».  Et le gestionnaire du site identitaire d’ironiser : « Avant quand tu dénonçais les mosquées tu avais sos racisme aux fesses. Maintenant tu as aussi les néo-frontistes . Lol. » (les fans de maître Capello apprécieront la langue très châtiée des plus-français-que-moi-tu-meurs).

On résume. Un maire FN critiqué pour son islamophilie, des musulmans pratiquants que Le Canard enchaîné, par la plume d’Anne-Sophie-Mercier, estime ménagés par Marine Le Pen, laquelle aurait intimé au jeune Rachline de ne pas s’opposer au projet de mosquée, histoire de ne pas s’aliéner son petit électorat mahométan. Tout cela dans la France de 2014, où le Front national apparaît comme le premier parti du pays, en lutte ouverte contre « l’islamisation », « le radicalisme sunnite » et autre « grand remplacement », si l’on en croit le long manifeste idéologique de son eurodéputé Aymeric Chauprade.

Y’a pas à dire, UMP et FN n’ont vraiment pas le monopole de l’ambiguïté, des reniements, du pragmatisme (cochez la bonne case selon que vous soyez une groupie frontiste, un identitaire white trash ou un citoyen lambda…). S’ils étaient plus malins, au lieu de ressasser les tristes précédents des époux Le Chevallier à Toulon, ou Mégret à Vitrolles, les militants antifrontistes dévoileraient la vérité nue : le FN est un parti normal, trop normal. Y compris dans le domaine économique où, porté à l’Elysée, on le verrait emprunter le tournant de la rigueur façon Senna à Imola. Et puisqu’elle est aux portes du pouvoir, la baudruche FN a toutes les chances d’exploser.

Partager
Manuel Moreau
est journaliste et syndicaliste.