Migrants à la frontière italienne, juin 2017. SIPA. AP22066895_000007

Les récits de sauvetage in extremis de migrants africains au large des côtes italiennes que publient régulièrement les médias ont de quoi retourner les cœurs les plus secs. Mais sont-ils toujours crédibles ? En Italie, bien des gens se posent la question depuis des années, mais personne n’osait trop en parler. On peut même dire que les connaisseurs de ces questions savaient qu’il y avait un loup, mais préféraient regarder ailleurs : il est souvent suicidaire de prendre à rebrousse-poil l’émotion légitime suscitée par les drames humains à répétition et les images terribles qui les accompagnent.

Mais l’horreur peut-elle servir de paravent au mensonge, voire au viol de toutes les lois en vigueur sur l’immigration illégale ? Ce n’est pas l’avis de Carmelo Zuccaro, le procureur de Catane, en Sicile, qui, dans une interview au quotidien La Stampa, a ébranlé l’omerta médiatique : « Nous avons des preuves flagrantes qu’il y a des contacts directs entre certaines ONG et les trafiquants d’êtres humains basés en Libye. Nous ne savons pas encore comment utiliser ces informations mais nous so

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2017 - #47

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite