Home Édition Abonné Décembre 2020 Matt Hancock: «Voyager à l’étranger pour un suicide assisté est une excuse raisonnable»


Matt Hancock: «Voyager à l’étranger pour un suicide assisté est une excuse raisonnable»

Mourir déconfiné

Matt Hancock: «Voyager à l’étranger pour un suicide assisté est une excuse raisonnable»
Matt Hancock, secrétaire d'État à la santé et à la Protection sociale. © Trevor Adams/POOL/AFP

Au Royaume-Uni, le confinement saison 2 a donné lieu à une liste de règles farfelues. Heureusement pour eux les Britanniques semblent être parmi les premiers servis pour le vaccin…


En Angleterre, le confinement saison 2 a suscité la fronde. 50 députés rebelles, membres de la majorité tory, ont créé un groupe parlementaire séditieux dont l’objectif est de s’opposer à tout confinement à venir. À leur droite, Nigel Farage, monsieur anti-Europe, est devenu monsieur anticonfinement. Quant aux mécontents de la société civile, ils ont leur magazine en ligne : lockdownsceptics.org.

A ne pas manquer: Causeur: Trêve des confineurs!

Le 31 octobre, lorsque Boris Johnson a annoncé la seconde mise sous cloche du pays, on sentait qu’il y allait à reculons. Tout le monde s’impatientait, les chaînes d’info commentaient les commentaires, la nuit tombait, quand enfin Johnson est apparu à l’écran, flanqué de ses deux Diafoirus qui ont assommé l’auditoire de courbes apocalyptiques.

Un embrouillamini de règlements 

On a respiré en apprenant que les facs restaient ouvertes. Pour le reste, les Anglais ont vu leur existence régulée dans le détail. Comme chez nous, les ministres se sont égarés dans cet embrouillamini de règlements. L’un d’eux a annoncé qu’on pouvait golfer, mais finalement non. Le tennis ? Non plus. La pêche au gros, oui, à la mouche, non, ou l’inverse. Seuls les commerces « essentiels » sont restés ouverts. Pour sauver des vies, les fonctionnaires ont pensé à tout… même à l’euthanasie. La chose est illégale au Royaume-Uni ; qui veut en finir doit aller chercher de l’aide sous d’autres cieux. Or, confinement oblige, il est interdit de voyager à l’étranger « sauf excuse raisonnable ». Matt Hancock, ministre de la Santé chargé de pondre des listes d’interdits, a donc énoncé cette règle délicieuse : « Voyager à l’étranger pour un suicide assisté est une excuse raisonnable. » Quiconque quitterait le pays pour aller mourir ailleurs n’enfreindrait pas la loi.

Las, il n’a pas précisé si celui qui changeait d’avis en cours de route et, tout bien réfléchi, se résolvait à vivre encore un peu, serait verbalisé en rentrant au pays…

A lire aussi: Que devient Nigel Farage?

Le cœur de l'Angleterre

Price: 23,00 €

55 used & new available from 2,89 €

Décembre 2020 – Causeur #85

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article La langue du Quatrième Empire
Next article Les années Giscard de Jérôme Leroy
est journaliste

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération