Il est curieux de constater comment la gauche, fervente défenseur du mariage pour tous, abandonne la réflexion anthropologique à la droite et aux représentants des religions monothéistes.
Pourtant, il serait bienvenu que des hommes et des femmes de gauche – mis à part Sylviane Agacinski et une poignée de députés – se posent de vraies questions sur ce projet. Pourquoi le fait de donner l’égalité du droit à fonder une famille, indépendamment de la différence biologique entre les sexes, serait un progrès ? La distinction féminin/masculin était jusqu’à présent, quels que soient les de gouvernements qui se sont succédés, le cœur et le fondement même de l’idée de famille et de filiation.
Remettre en question les valeurs fondamentales de la vie de famille me heurte dans mes valeurs en tant que catholique et humaniste. Modifier par une loi des articles du Code civil sur les idées de paternité, de maternité et de filiation pour les remplacer par le « parent 1 » et le « parent 2 » était une aberration totale. D’ailleurs, ce projet a été abandonné au profit d’on-ne-sait quelle vague définition  des parents. Qui le gouvernement a-t-il consulté pour se permettre de bouleverser un texte fondateur de notre démocratie et du fameux vivre-ensemble dont il se réclame si fort ? Pas le peuple en tout cas ! Comment le gouvernement peut-il affirmer que les homosexuels veulent tous se marier de manière traditionnelle, alors que dans leur combat, ils ont la plupart du temps lutté contre la « société bourgeoise » (le beau texte que Renaud Camus a publié à ce sujet dans Causeur est  particulièrement drolatique et éloquent). Quel est le pourcentage de ceux que cette loi concerne vraiment ? La gauche gouvernementale et l’extrême gauche ne seraient-elles pas sous l’influence de certains lobbies puissants qui veulent en finir avec l’hétérosexualité et faire triompher la théorie du genre, si en vogue dans les universités américaines ?

Je crois que l’enjeu du mariage pour tous est de saper les bases morales d’une société hétérosexuelle vécue comme trop normative, réactionnaire et ringarde par une idéologie dont le but ultime est la séparation du mariage, des questions de genre, de procréation et de filiation. Le gouvernement de  gauche a fait des sujets sociétaux un enjeu majeur, probablement pour dissimuler son impuissance économique sous un arsenal de lois sociétales : mariage pour tous ; procréation médicale assistée pour tous et gestation pour autrui (inévitablement légalisée un jour !), fatalement suivie de la location des ventres voire d’une possible dérive vers l’eugénisme.
Toutes ces mutations sociétales risquent de nous mener au triomphe progressiste de l’Empire du bien. Bienvenue dans Le Meilleur des mondes !

*Photo : -ANFAD-.

Lire la suite