Quantcast
Home Brèves Maria Schneider, l’actrice qu’on enterra de son vivant…


Maria Schneider, l’actrice qu’on enterra de son vivant…

Maria Schneider est morte. Nous ne croiserons plus son beau regard sombre et triste.

Elle fut la jeune femme lumineuse, qui paraît se soumettre au désir brutal de Marlon Brando, dans Le dernier tango à Paris (1972). La scène de la sodomie est demeurée fameuse, où l’on voit l’acteur maintenir Maria au sol, tout en amenant à lui un paquet de beurre. Elle reviendra tout de même dans l’appartement démeublé, où s’accomplissent les cérémonies de leur plaisir. Mais, au final, quand il vient solliciter un pauvre bonheur conjugal, elle le tue, pour se débarrasser de son encombrante sentimentalité ; et l’on voit le mâle, naguère triomphant, dominateur, se recroqueviller, prendre, sur le balcon où s’achève son agonie, la position d’un grand fœtus au visage apaisé…

Le film connut un succès à la mesure du scandale qu’il provoqua. Le Vatican s’émut, les ligues féministes américaines protestèrent avec véhémence, arborant des pancartes vengeresses devant les salles. Brando comprit que Bernardo Bertolucci, le metteur en scène, lui avait volé un peu de son propre personnage. Il se sentit trahi, floué. Mais sa carrière, loin de souffrir de ce rôle soufré, fut relancée au contraire. En revanche, nul ne se soucia plus de Maria Schneider. La « grande famille » du cinématographe, si généreuse, si folle, si libérale, l’ignora ; ses représentants, quand ils la croisaient, regardaient ailleurs, l’air gêné. Elle évoquait, avec une mine navrée, mais sans amertume, le sourire entendu que lui adressaient les garçons de café, quand elle leur commandait un jambon-beurre…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article L’hiver des peuples arabes fera-t-il un printemps ?
Next article Sécurité : quand Sarkozy récidive
Né à Paris, il n’est pas pressé d’y mourir, mais se livre tout de même à des repérages dans les cimetières (sa préférence va à Charonne). Feint souvent de comprendre, mais n’en tire aucune conclusion. Par ailleurs éditeur-paquageur, traducteur, auteur, amateur, élémenteur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération