« Pétainistes, vichystes, fascistes » : au lendemain de la dernière « Manif pour tous » contre le mariage gay, Nicolas Demorand a sorti toute la panoplie des mots qui diabolisent. Le patron de Libération a également décrété que ce mouvement n’était pas « populaire » mais « radicalisé » – termes qui ne s’opposent que dans l’imaginaire sommaire de cette partie de la gauche à qui le mot « progressisme » tient lieu de pensée. Bref, tout ça, c’est rien qu’un ramassis de fachos et de réacs.
Or, des fachos, il y en a dans ce mouvement et, quoique minoritaires, ils semblent déterminés et peut-être – mais c’est une impression – de plus en plus organisés. Par ailleurs, la frange la plus entêtée, celle qui a défilé le 26 mai, compte sans doute une majorité d’authentiques réacs. Ils pensent qu’il y a des lois au-dessus de celles de la République (comme tout croyant conséquent, me semble-t-il, sauf qu’eux en tirent des conclusions politiques). L’avortement leur fait horreur. L’homosexualité, mieux vaut ne pas en parler. Je dois bien admettre que, culturellement, je me sens fort éloignée du conservatisme assumé de cette minorité morale. De Mai-68, j’entends bien garder la liberté des moeurs. Qui, d’ailleurs, n’est nullement menacée.
Pour la gauche Demorand, c’est inespéré. Aussi incrédule qu’un jésuite trouvant la preuve de l’existence de Dieu, elle ne retient pas sa joie. Je les tiens ! Ils existent ! Eh bien oui, ils existent. Ils voient disparaître ou changer, généralement pour le pire, tout ce qui était stable dans le monde qu’ils aimaient. Cela les rend-il méprisables ? En vrai, ils se battent pour quelque chose qui a déjà disparu. Enfin, ce que j’en dis…
De toute façon, on leur cause pas, à ces résidus du passé. Qu’ils retournent dans leurs provinces. Nous, on va jouer à se faire peur, en appliquant la jurisprudence Le Pen – aux résultats éprouvés. Face à cette France inconnue de ses services, la gauche gramophone repasse ses disques usés. Elle dénonce l’ordre moral qui s’avance. Elle ne sait même pas que l’ordre moral, c’est elle. L’essentiel, c’est de ne rien comprendre.

*Photo: manif pour tous

Cet article en accès libre est issu de Causeur magazine n°3 (nouvelle série) de juin 2013. Pour lire tous les articles de ce numéro, rendez-vous chez votre marchand de journaux le plus proche ou sur notre kiosque en ligne : 4,90 € le numéro.

Lire la suite