Quantcast
Home Politique Mademoiselle Vidocq


Mademoiselle Vidocq

Mademoiselle Vidocq

En 1880, le peintre William Bouguereau, plus connu des services de police que des amateurs d’art, s’avisa de peindre Ghislaine Vidocq, la grande passionaria du socialisme utopique français. Trouvant Proudhon et Marx un peu mous, Mlle Vidocq fonda le mouvement de l’ultra-gauche (MUG) en 1875, s’illustrant à cette occasion par un bon mot resté célèbre : “Le MUG, c’est ma tasse de thé !” Pour réaliser ce portrait saisissant de vérité, Bouguereau fit poser son modèle sous un pont de chemin de fer des environs de Tarnac (Corrèze), mais l’indomptable révolutionnaire ne put s’empêcher d’aller saloper le boulot des cheminots pour dévisser une pièce de locomotive à vapeur, sur laquelle elle s’appuie.

William Bouguereau, L’autre insurgée qui vient, huile sur toile, 1880, conservée au Mausolée du CRS anonyme (place Beauvau, Paris 8e).


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Katyn : l’exception française
Next article Tous ensemble derrière l’église
Raúl Cazals est un critique d'art d'origine cubaine. Très critique avec l'art en général, il prépare une "Historia del Arte en diez lecciones". Il vit en exil à Madrid depuis 1979, où il supporte tant qu'il peut les surfaces.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération