La Cinémathèque consacre une exposition à l’acteur des comédies populaires françaises qui nous manquent tant


Cinémathèque et De Funès sont des mots qui ne vont pas bien ensemble. Cependant, le temple de la cinéphilie lui consacre jusqu’au 31 mai 2021 une belle exposition imaginée par Alain Kruger.

De l’héritier du burlesque en passant par la star des Trente Glorieuses qui fut sublimée et mythifiée par Gérard Oury, l’exposition fait figure de machine à remonter le temps et fait du bien à l’âme. Nous déambulons avec bonheur (surtout pour les boomers dont je fais presque partie) entre une reproduction grandeur nature du gendarme de Saint-Tropez, la deudeuche qui va marcher beaucoup moins bien et le costume de Rabbi Jacob.

Succès populaires

Mais nous sommes bien sur les terres de André Bazin, car y est exposée une lettre de François Truffaut à Gérard Oury, lui déclarant qu’il avait beaucoup aimé « Le Corniaud » et surtout il y fait une analyse très juste des rapports entre la critique et le succès des films « grand public », faisant preuve d’humilité et de clairvoyance : 

« L’énorme succès de votre film en rend l’appréciation malaisée, vous comprenez sûrement ce que je veux dire, il y a dans tout succès absolu un anéantissement de la notion de critique (…) Il devient idiot (presque dérisoire) d’en dire du mal, mais le bien que l’on en dit peut ne pas paraître sincère. »

A lire ensuite: Annie, qu’est-ce qu’il y avait sous ton grand chapeau?

Merveilleux Truffaut qui ne fut jamais contaminé par l’idéologie de la Nouvelle Vague. Car le rire est le contraire de l’idéologie. Le rire c’est la pulsion de vie.  Et bien sûr les Grecs le savaient car l’étymologie de comédie (cômè odè) est le chant dionysiaque, la catharsis. De Funès est effectivement ce génie qui abritait dans son petit corps sec, et les personnages de la Comedia dell’ Arte et Molière, et Buster Keaton, et Laurel et Hardy qu’il révérait. Autant dire tous les éclats de rire du monde. C’est sûrement pour cela que son corps était si bondissant, son visage si élastique, il se devait de se démultiplier pour abriter tant de monde !

Un jeu surnaturel

Mais ce que certa

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Sophie Bachat
est enseignante.
Lire la suite