Les salles de cinéma sont enfin ouvertes mais avec une programmation aussi stupidement pléthorique que platement médiocre. Mieux vaut compter sur quelques réjouissants DVD pour ne pas désespérer du septième art.


Objectif Frissons

Les Félins, de René Clément

Édité par Gaumont

Il serait temps de faire cesser le léger mépris qui prévaut à la seule évocation du nom de René Clément. Dans le meilleur des cas, et du bout des lèvres, on cite La Bataille du rail et Jeux interdits : on loue l’esprit de Résistance du premier et la joliesse enfantine de l’autre. Fermez le ban et allez voir ailleurs s’il y a du cinéma. Or, du cinéma, et du bon, il y en a beaucoup dans l’œuvre de Clément. Quoique courte (20 films), sa filmographie est remarquable par sa diversité : il y explore aussi bien le documentaire (Ceux du rail) que l’adaptation littéraire, de Zola (Gervaise) à Duras (Barrage contre le Pacifique), en passant par la superproduction nationale (Paris brûle-t-il ?) ou bien encore l’inclassable et fascinant Monsieur Ripois avec Queneau à l’écriture et Gérard Philipe dans le rôle titre. Avec tout cela, on voudrait reléguer Clément au second plan… Cocteau, lui, ne s’y était pas trompé qui l’avait pris comme conseiller technique sur le délicat tournage de La Belle et la Bête. 

© Gaumont
© Gaumont

Et puis il faudrait également oublier deux pépites superbement sombres des années 1950 et 1960, deux films qui n’ont rien à envier aux œuvres américaines de la même époque, le premier en couleurs, le second en noir et blanc : Plein soleil (1959) et Les Félins (1964). À nouveau deux adaptations littéraires. Le premier jouit heureusement d’une solide réputation, grâce notamment à une impressionnante liste technique et artistique selon l’expression consacrée : au scénario, le talentueux Paul Gégauff adaptant tout bonnement Patricia Highsmith, à la lumière, Henri Decaë, devant la caméra, un trio d’exception composé de Delon, Laforêt et Ronet, le tout sur une musique de Nino Rota. Cinq ans plus tard, la réussite et le succès de Plein soleil semblent éclipser quelque peu Les Félins, alors même que des fées d’égale qualité se sont penchées sur ce nouveau berceau. Cette fois l’adaptation du polar originel de Day Keene est signée, excusez du peu, par Clément lui-même, le savoureux Pascal Jardin et Charles Williams, le célèbre auteur américain de polars. C’est toujours et encore le magicien Decaë qui éclaire l’ensemble. Et cette fois, le trio Lola Albright-Alain Delon-Jane Fonda incarne le glamour absolu. Tandis que Lalo Schifrin, compositeur, entre autres, de la musique de Mission impossible, signe la B.O. Résultat, un thriller absolument parfait mené de main de maître et de bout en bout par un Clément expert-géomètre en suspense. On s’en voudrait de dévoiler ici la trame d’une ténébreuse affaire. Disons simplement ceci et n’en parlons plus : Marc, alias Delon, un gigolo qui a couché avec la femme d’un gangster, se retrouve avec des tueurs à sa poursuite. Il se réfugie sur la Côte d’Azur, embauché comme chauffeur par Barbara (Lola Albright) et sa cousine Melinda (Jane Fonda). Tandis qu’il se croit en sécurité, il se trouve bientôt plongé au cœur d’une sombre machination… L’autre vedette du film étant l’incroyable et labyrinthique villa Torre Clementina à Roquebrune-Cap-Martin qui sert de décor au drame et dans laquelle le Minotaure n’aurait eu aucun mal à se cacher. Et c’est bien d’ailleurs une tragédie à trois protagonistes qui se joue ici, sous le soleil évidemment. Sécheresse du récit, mise en scène au cordeau et direct

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2020 – Causeur #82

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite