Certaines mauvaises langues prétendent que la candidate écologiste n’apparaîtrait plus dans les médias depuis quelques jours parce qu’elle serait gênée aux entournures par les négociations entre Cécile Duflot et le Parti socialiste. Je suis en mesure de révéler qu’il ne s’agit là que de contre-vérités ignominieuses certainement distillées par les relais du lobby pro-nucléaire. En réalité, Eva Joly s’est retirée afin de mettre la dernière main à son projet de réforme du calendrier, priorité de son programme présidentiel.

Bien entendu, le défilé militaire du 14 juillet sera remplacé par une parade citoyenne et les commémorations du 11 novembre rebaptisées « Fête de la Paix ». Mais bien au-delà, Eva Joly souhaite être le porte-drapeau d’une ambitieuse réforme calendaire. Grâce à la complicité d’un courant minoritaire d’EELV, j’ai pu me procurer le fameux document de travail.

1er janvier : Remplacement du Jour de l’An par une Fête commémorant la lutte contre le gavage des canards et des oies.

1er dimanche de janvier (ou deuxième, si le 1er janvier tombe un dimanche) : L’Epiphanie est considérée comme trop christianocentrée. Elle fait appel à la glorification monarchique par sa couronne offerte à celui qui trouve une fève, dont la fabrication n’est d’ailleurs guère écologique, placée à l’intérieur du galette même pas bio. Philippe Meirieu ajoute que demander à un enfant de se mettre sous la table, afin qu’il désigne successivement les destinataires des morceaux de galette, va à l’encontre de la condition enfantine.

L’Epiphanie est donc remplacée par une « Fête de la galette bio » sans fève ni couronne. Il sera par ailleurs déconseillé d’aller la quérir à la boulangerie autrement qu’à pied ou à bicyclette.

14 février : La Saint-Valentin, jusque là consacrée aux amoureux, est supprimée. Elle favorisait le patriarcat en étant fêtée le jour d’un saint-patron masculin. Une fête des amoureux et amoureuses LGBT et hétérosexuels est donc instituée sans aucune référence à un Saint. Et pour lutter contre le christianocentrisme, toute référence à des Saints est supprimée. Une commission réfléchira à attribuer pour chaque date une liste de prénoms masculins et féminins d’origines culturelles et cultuelles diverses.

Pâques : Est évidemment et définitivement supprimée pour les mêmes raisons. De toute manière, en calculer la date chaque année était trop compliqué. Elle est remplacée par une Commémoration contre le Nucléaire fixée le 11 mars, en mémoire de la catastrophe de Fukushima.

1er mai : La Fête du Travail est maintenue mais elle sera désormais équilibrée par une fête de l’Oisiveté (voir Pentecôte).

8 mai : La célébration de la capitulation allemande de 1945 est supprimée, considérée comme ferment de nationalisme.

9 mai : La Fête de l’Europe devient fériée. Mais elle est rebaptisée « Fête de l’Europe et de tous les citoyens du Monde », afin de ne pas stigmatiser les autres continents.

Ascension : L’ascension est supprimée pour les mêmes raisons que l’Epiphanie, la Saint-Valentin et Pâques. Afin de participer joyeusement à l’interdiction de l’emprunt des ascenseurs (hors handicap moteur lourd) dans un souci d’économie de l’énergie, une fête des escaliers est créée à la place de l’Ascension.

Pentecôte : La Pentecôte est remplacée par une Fête de l’Oisiveté afin d’équilibrer la fête du Travail, attendu qu’on ne doit pas perdre sa vie à la gagner.

Fête des mères : un grand débat a eu lieu autour de la candidate afin de savoir si cette fête serait maintenue. N’a t-elle pas été instituée par le Maréchal Pétain ? La supprimer ne serait-il pas considéré comme un mauvais signe en direction des femmes, déjà écrasées par les tâches ménagères ? Il a finalement été décidé de la rebaptiser « Fête des mamans », attendu que cela fait plus gentil et donc beaucoup moins pétainiste.

Fête des pères : Comme les femmes se tapent tout le boulot, la fête des pères est supprimée et remplacée par une « Fête commémorant l’interdiction de la fessée ».

Toussaint : Comme les autres fêtes stigmatisant les religions minoritaires, la Toussaint est supprimée. Le week-end de la Toussaint étant réputé pour sa mortalité routière, il est remplacé par une « Commémoration des morts de l’Automobile, par accident et/ou par pollution ».

25 décembre : Comme toutes les autres fêtes religieuses, Noël est supprimée et remplacée par une « Fête des enfants ». Comme ça, on pourra continuer à leur faire des cadeaux, si possible éco-citoyens. Il est en revanche interdit de les déposer sous un sapin coupé, l’arbre devant être impérativement replanté dans un délai d’une semaine.

Lire la suite