Home Brèves Le Christ sur une trottinette


Le Christ sur une trottinette

« À toi, sublime inconnu, l’amour est une denrée rare. L’autre, l’étranger, le métèque est ton propre reflet dans le miroir du monde. Je t’aime ». C’était il y a peu, à Amiens. Un jour pluvieux, maussade. Ce texte ornait le montant d’une porte métallique bleu cobalt, presque noire. Ecriture exquise, à l’ancienne, féminine, en lettres d’un bleu aigue-marine. Qui l’a écrit ? Cela m’interpelle. Je sors mon appareil photo. Shoote. Abandonne la photo dans un coin du bureau de mon ordinateur. Pense à autre chose. Je viens de la retrouver. Qui était cette manière de Restif de La Bretonne? Quelle belle gratuité d’écrire, « d’écrier » pour s’écrier, un texte sur un mur ! Geste enfantin ? Certainement. Il y a quelques semaines, sur France Inter, Jacques Attali affirmait, péremptoire, que nous étions 7 milliards d’enfants sur terre. Adultes aux comportements enfantins, nous ne pensons qu’à court terme, dans l’urgence. En bon vieux jacobin, je me méfie d’Attali comme je me méfie du monde de l’entreprise qu’il adule.  Cette fois, force est de reconnaître qu’il n’a pas tort. Enfantins ? Comment ne pas sourire quand un grand quadragénaire barbu comme le Christ dévale la rue sur une trottinette ?

Dans ma bonne ville picarde, j’ai failli me faire écraser une bonne dizaine de fois par des bobos à bicyclettes, casques sur les oreilles, complètement autistes, alors que je marchais tranquillement dans une rue piétonne. De plus, ils vous engueulent. Rendez-vous compte : vous avez eu le culot de vous trouver devant le deux roues; ils ont dû faire un écart.  À ce propos, il faut lire Cycle mortel, roman de François Marchand, publié chez Ecriture. Cette fable imagine, dans le Paris de 2015, que les usagers du Vélib’, sont terrassés les un après les autres. Des morts en série. La médecine ne comprend pas. Béchetoile, la maire socialiste de la capitale, croit voir un complot de la droite pour éliminer ses électeurs. Roman provocateur? Excessif ? Certainement. On sent bien que Marchand en rajoute dans la réaction et dans l’anti-gauche plurielle. Mais tout de même : quand on a failli de faire renverser par ces nouveaux cyclistes « modernes » qui se croient tout permis, Cycle mortel nous fait chaud au coeur.

 

Cycle mortel, François Marchand, Ecriture, 2013.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Peindre des parcelles de notre existence
Next article Quelques ruraux trop tranquilles
Il a publié une vingtaine de livres dont "Des Petits bals sans importance, HLM (Prix Populiste 2000) et Tendre Rock chez Mille et Une Nuits. Ses deux derniers livres sont : Au Fil de Creil (Castor astral) et Les matins translucides (Ecriture). Journaliste au Courrier Picard et critique à Service littéraire, il vit et écrit à Amiens, en Picardie. En 2018, il est récompensé du prix des Hussards pour "Le Chemin des fugues".

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération