La notion d’ « islamophobie »

Deux livres relancent le débat  autour de L’« islamophobie » : nos mal-aimés, du journaliste Claude Askolovitch, et islamophobie : comment les élites Françaises fabriquent le « problème musulman » des sociologues Marwan Mohammed et Abdellali Hajjat, qui ont donné une interview au monde. Ce Journal s’inquiète d’ailleurs de ce que la laïcité pourrait être instrumentalisée pour justifier le rejet global d’une religion. Que pensez-vous du terme d’islamophobie ?

Alain Finkielkraut. Pourquoi, se demande Le Monde, dans son éditorial du mardi 25 septembre, les grandes voix de l’islam restent-elles silencieuses devant ces trois événements atroces survenus le même week-end : le massacre de Nairobi par les shebabs somaliens, l’attaque du groupe Boko Haram au Nigeria, qui a fait 150 morts, et l’attentat- suicide au Pakistan contre une église chrétienne? La réponse est simple : ce qui tourmente ces grandes voix, ce ne sont pas les événements eux-mêmes, mais leurs éventuelles retombées islamophobes. Avec le concept d’islamophobie, l’interrogation sur le rôle de l’islam dans les violences commises au nom de l’islam est remplacée par la solennelle dénonciation des amalgames. Ce concept frappe également d’opprobre la soumission de l’islam aux lois de la République. Parler d’islamophobie à propos des lois d’interdiction du voile et de la burqa, comme le font les deux sociologues Marwan Mohammed et Abdellali Hajjat, c’est réclamer, en guise d’antiracisme, la soumission pure et simple de la République aux exigences de l’islam.

*Photo : JEROME MARS/JDD/SIPA .00667245_000002

Lire la suite