D’accord, ce sont des actes isolés commis par des « loups solitaires ». Soyons clairs : les fanatiques prêts à éventrer en pleine rue, au hachoir ou au couteau, en criant « Allah Akbar ! », un inconnu qui ne leur a rien fait, ne représentent ni l’islam ni l’immense majorité des musulmans pacifiques. Reste que le nombre de « loups solitaires » semble augmenter  en flèche. On sait que le tapage médiatique encourage les vocations. Et puis, le rapport difficulté/efficacité est excellent : pas de matériel, pas de logistique et, en quelques minutes, on est pratiquement assuré de faire la « une » dans le monde entier – la formule « lumpen-terrorisme », pêchée dans Le Monde, est particulièrement bien trouvée.
Le mimétisme n’explique pas tout. L’homme qui, le 7 mai, a tenté de poignarder un gendarme à Roussillon, en poussant les mêmes cris, n’imitait personne. Peut-être son pèlerinage à La Mecque, dont il venait de rentrer, avait-il obscurci son entendement. Mais qu’est-il arrivé à cet autre qui, trois jours après l’assassinat d’un policier londonien, a violemment agressé un soldat à La Défense ?

*Photo : Matt Batchelor.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager
Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.