D’accord, ce sont des actes isolés commis par des « loups solitaires ». Soyons clairs : les fanatiques prêts à éventrer en pleine rue, au hachoir ou au couteau, en criant « Allah Akbar ! », un inconnu qui ne leur a rien fait, ne représentent ni l’islam ni l’immense majorité des musulmans pacifiques. Reste que le nombre de « loups solitaires » semble augmenter  en flèche. On sait que le tapage médiatique encourage les vocations. Et puis, le rapport difficulté/efficacité est excellent : pas de matériel, pas de logistique et, en quelques minutes, on est pratiquement assuré de faire la « une » dans le monde entier – la formule « lumpen-terrorisme », pêchée dans Le Monde, est particulièrement bien trouvée.
Le mimétisme n’explique pas tout. L’homme qui, le 7 mai, a tenté de poignarder un gendarme à Roussillon, en poussant les mêmes cris, n’imitait personne. Peut-être son pèlerinage à La Mecque, dont il venait de rentrer, avait-il obscurci son entendement. Mais qu’est-il arrivé à cet autre qui, trois jours après l’assassinat d’un policier londonien, a violemment agressé un soldat à La Défense ?

*Photo : Matt Batchelor.

Lire la suite