Home Édition Abonné Décembre 2020 Touche pas à ma déesse !


Touche pas à ma déesse !

Le délit de blasphème à l'indienne

Touche pas à ma déesse !
Caricature de Deepika Singh Rajawat. © D.R

C’est une caricature qui a enflammé toute l’Inde, le 19 octobre dernier. Lorsqu’elle publie sur son compte Twitter deux dessins, montrant une femme victime d’un viol et le violeur faisant une offrande à la déesse Durga, Deepika Singh Rajawat ne s’attendait pas à déclencher un tollé national. L’association d’une image sexuelle avec celle de la divinité a été jugée hérétique par les plus ultras des hindous qui ont crié haro sur l’avocate spécialisée dans la défense des femmes victimes d’agressions sexuelles.

Les médias d’extrême droite ont rapidement relayé l’information et réclamé que l’avocate soit traduite en justice pour cette offense.

À lire aussi, Gabrielle Périer: Inde : le joyau de la haine

Faire bouger les mentalités

« Je suis hindoue moi-même, pourquoi irais-je critiquer ma propre foi ? Il s’agissait de faire bouger les mentalités », s’est défendue Deepika Singh Rajawat. Présidente de l’ONG Voice for Right, elle s’est fait connaître avec l’affaire d’Asifa Bano, une fillette musulmane de 8 ans enlevée, violée et assassinée par des hindous. « Ici, de nombreux viols sont commis contre les femmes. Il faut donc célébrer les déesses, mais aussi traiter les femmes avec dignité, toute l’année », a renchéri l’avocate. « Elle a choisi délibérément une déesse hindoue pour sa caricature, pourquoi n’a-t-elle pas pris la Vierge Marie ? » s’agace un internaute. Deepika Singh Rajawat reçoit des menaces de viol. « Mais la police ne me protège pas. Au lieu de cela, je suis accusée sur des bases complètement contraires à la loi », se plaint-elle. Malgré les centaines de fanatiques qui sont venus manifester devant sa résidence, elle refuse d’effacer la caricature. Certains internautes n’ont pas hésité à faire un parallèle entre son cas et celui de Samuel Paty.

Espérons que cela finira mieux pour Deepika.

Décembre 2020 – Causeur #85

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Au revoir les jeunes
Next article Il faut savoir mourir au temps du Covid…
Journaliste , conférencier et historien.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération