Quantcast
Home Politique Immigration : un mariage forcé à l’issue fatale


Immigration : un mariage forcé à l’issue fatale

La rentrée de l'Institut Apollon se prépare : Jean Messiha et Frédéric Amoudru parlent à Causeur

Immigration : un mariage forcé à l’issue fatale
Jean Messiha © JOEL SAGET / AFP.

Nous sommes tous détenteurs d’un droit fondamental : celui de choisir celui ou celle avec qui nous voulons partager notre vie. Mais aussi choquant que celui puisse paraître, en France, ce droit individuel nous est nié en tant que peuple. Tribune.


Depuis des années, une franche majorité de Français, pourtant attachée au « vivre ensemble », dit son refus d’un « vivre avec tous et de partout ». Devant l’inquiétude voire la colère de tant de nos concitoyens face à la submersion migratoire du Maghreb, d’Afrique noire et du Moyen-Orient, on nous oppose un péremptoire « calmez-vous, vous verrez, tout va bien se passer ».

Dans le courant des années 80 tout commence à ne plus bien se passer. Et à mesure que le temps passe et que l’invasion se poursuit, cela se passe de moins en moins bien. Violences, délinquance, séparatisme, islamisme, terrorisme : le cocktail Molotov des immigrations non-assimilées, parce qu’inassimilables car trop nombreuses, explose tous les jours et partout en France.

Les réponses des élites immigrationnistes sont toujours les mêmes :

  • Davantage de « pognon de dingue » pour les cités remplacées ;
  • Davantage de profs, d’éducateurs, de médiateurs, de travailleurs sociaux pour les populations en sécession ;
  • Davantage de policiers de proximité pour jouer au ballon et faire ami-ami avec les racailles.

Mais pas une fois n’est posée la simple et légitime question, à savoir : « est-ce que l’on a vraiment envie de ces immigrations ? Est-ce que l’on souhaite l’arabo-afro-islamisation de masse de la France métropolitaine ? ». Cette interrogation est purement et simplement proscrite. Macron et d’autres lâchent de temps à autre une petite phrase compatissante sur l’anxiété identitaire des Français, reléguant ces derniers au rang de névrosés à qui il faut administrer une dose de Xanax humaniste et universaliste. 

Mais poser la problématique identitaire fondamentale qui pourtant taraude au moins 2 Français sur 3 est strictement prohibée.

« Pas d’amalgame ! »

Les identités arabe, noire, amérindienne, mélanésienne (comme en Nouvelle-Calédonie), sont belles et leur défense légitime. L’identité européenne, elle, est douteuse voire nauséabonde. On nous ressort qu’il y eut par le passé une exploitation absolument criminelle de la notion identitaire avec l’aryanisme hitlérien. L’identitarisme racialiste nazi fut abominable et, à bien des égards, unique dans l’Histoire de par l’ampleur industrielle de ses crimes. Mais cela n’arrête pas les gaucho-« progressistes » qui, toute honte bue, n’hésitent pas à l’instrumentaliser ad nauseam pour dissuader les peuples européens de défendre leur identité et même la penser.

À lire aussi : À la recherche d’Eric Zemmour…

Bizarrement, ceux dont la mobilisation ne se dément jamais quant il s’agit de mugir au « pas d’amalgame » pour protéger toutes les autres identités, pratiquent un allègre amalgame entre les totalitarismes identitaristes du 20ème siècle et toute velléité de défense de l’identité européenne aujourd’hui. En clair, pour les gaucho-« progressistes », le pas d’amalgame s’applique aux « autres » ; jamais à « nous » !      

Alors disons les choses simplement pour que chacun comprenne. L’européanisme n’est pas un suprémacisme. L’européanité n’est pas une supériorité. Pas plus que la francité d’ailleurs. Il n’y a en nous aucune volonté de conquête d’un quelconque « espace vital » de sinistre mémoire. L’Europe nous suffit largement. Nous ne sommes naturellement animés d’aucune intention de « purification raciale » ou de « grande remigration » sur des critère ethniques, car nous acceptons la France telle qu’elle est. Nous voulons simplement que le processus de changement de peuple s’arrête, que les étrangers qui ne font rien ou créent le chaos et parfois les deux soient renvoyés et que notre identité nationale reprenne ses droits. Sur l’ensemble de notre territoire, Outre-Mer inclue. Ce qui suppose de mettre fin à des flux inassimilables, à toutes les revendications alter-identitaires qui pullulent et s’amplifient partout et qui, de complaisance en lâcheté, changent chaque jour un peu plus le visage de notre pays.

Entre Viktor Orban, racialiste, et Mélenchon, métisseur militant, il y a un espace pour un conservatisme identitaire qui accepte une immigration homéopathique et « utile » mais qui refuse la perfusion massive d’« autres ». Ce que nous disons peut se résumer en une phrase : « Nous sommes ce que nous sommes, ici chez nous et nous voulons le rester ».

L’immigration, une chance ?

On nous oppose que l’immigration est une chance. Ce slogan, comme tant d’autres, ne reflète pas une vérité inconditionnelle et permanente, tant s’en faut. L’immigration, une chance ? Oui et non, ça dépend.

Chacun se souvient qu’il n’y pas si longtemps, le gouvernement a dû faire passer une loi contre le séparatisme. D’où émane-t-il donc ce séparatisme ? D’une résurgence violente de certains nationalismes régionaux ? Pas vraiment. Car à l’exception du nationalisme corse, aussi ancien que le rattachement de l’Ile de beauté à la France, nous ne sommes confrontés à aucune tentative de sécession interne. Ce séparatisme émanerait-il alors d’un rebond fondamentaliste et anti-laïc de ce qui reste de la France catholique ? D’une percée foudroyante de l’évangélisme prosélyte ou peut-être d’une contagion du judaïsme ultra-orthodoxe qui sévit en Israël ? Bien sûr que non.

À lire aussi : L’étrange droit de vote

Le séparatisme, ainsi que le combat anti-laïc en France, est islamique. Et il sévit quasi-exclusivement dans les populations immigrées du Maghreb, d’Afrique sahélienne et du Moyen-Orient. On peut pousser des cris d’orfraie ou sauter au plafond par une indignation de convenance, mais c’est un fait. Et il est incontestable. Tout autant que l’ensauvagement croissant de notre société qui fait apparaitre une pénurie chronique de policiers, de gendarmes, de juges et de gardiens de prison. Les responsables ? « Toujours les mêmes », dit le peuple sacrifié sur l’autel de l’universalisme. Course folle entre sécurité et certaines immigrations. La France est un bateau ivre que chaque vague migratoire alter-identitaire – mouvement perpétuel – renvoie sur le récif du réel et oblige l’équipage à colmater des brèches nouvelles qui percent la coque.

La « balle d’argent » avec laquelle nous fusillent les progressistes et qui est censée nous foudroyer s’appelle : « ils ne sont pas tous comme ça ! ». C’est exact. Beaucoup d’immigrés de toutes religions et origines vivent et travaillent de façon citoyenne dans notre pays. Mais nous savons aussi que la proportion de ceux qui sont « comme ça » est insoutenable. On tentera de nous expliquer que c’était pareil avec les Arméniens, Italiens, Portugais, Espagnols, Polonais et nos concitoyens d’Outre-Mer venus s’établir en Métropole lors des précédentes vagues migratoires. Faux et archi-faux.  La mémoire des anciens est claire : « Ceux-là ne faisaient pas les barbares », ou en tout cas pas davantage que les « locaux ». 

Le prix de la paix

Une société ne peut rester pacifique que si seule une infime partie de sa population s’attaque à elle. Quand des minorités nombreuses génèrent en leur sein une importante proportion de délinquants, criminels et extrémistes religieux, c’est tout le tissu social qui se délite.

Mais restons objectifs : il n’y a aucune explication génétique ou raciale à ce phénomène. La gauche matraque que la raison est sociale. Elle a en partie raison. Quand on accuse la France d’avoir été moins accueillante pour les Arabes et les Noirs que pour les Européens, les « Asiatiques » – vocable qui regroupe Indochinois et Chinois – ou les Chrétiens d’Orient occidentalisés, c’est juridiquement ou socialement inexact mais sans doute sociologiquement partiellement vrai. 

Alors pourquoi ne pas se dire une fois pour toutes la vérité et admettre qu’il y a, de la part d’une majorité de Français, un réel manque d’envie d’accueillir en masse des populations alter-identitaires. Pourquoi ne pas reconnaitre que les immigrations qui se sont bien assimilées résultent d’affinités multifactorielles entre les accueillants et les accueillis ? L’ethnie ne peut être le seul facteur puisqu’Arméniens, Chinois et Indochinois, Ultramarins ou encore Arabes chrétiens, pourtant non Européens, disent quasiment tous que l’Hexagone fut globalement hospitalier.

Vivre ensemble, pourquoi pas. Mais avec qui on veut.

Jean Messiha

De telles considérations sont-elles racistes ? Répondons par une question. Quand une large majorité des jeunes maghrébines disent ne vouloir épouser qu’un Maghrébin musulman pour des raisons « culturelles », s’agit-il de racisme ou d’un choix civilisationnel de vie ?

Alors pourquoi vouloir imposer au peuple français un mariage forcé ? Le leitmotiv du « vivre ensemble » est incomplet. Vivre ensemble, pourquoi pas. Mais avec qui on veut.

A ceci, les « progressistes » vous répondront avec condescendance les mêmes formules creuses habituelles : « repli identitaire », « recroquevillement nationaliste », « enfermement culturel », etc. C’est un peu comme si on reprochait à un couple fidèle son manque de libertinage. « Comment ça ? Vous n’allez pas voir ailleurs ? « Mais quel ennui, dites-moi et quel manque d’ouverture ! ».

Jamais en manque d’arguments, ces mêmes « progressistes » contre-attaqueront sur le thème de l’enrichissement. Ainsi l’Afrique, pour ne prendre qu’elle, nous enrichirait de son émigration. Vraiment ? Ce continent – à quelques rares pays près – est martyrisé par la mal-gouvernance, la corruption, les conflits inter-ethniques et inter-religieux, miné par la pauvreté, freiné par des systèmes éducatifs totalement défaillants, obscurci par des pratiques d’un autre âge (excision des fillettes, mariages forcés, persécution des Albinos et des homosexuels, etc.).

Si les universités témoignent de la richesse intellectuelle d’un pays ou d’une région, alors regardons ce que donne le fameux classement de Shanghai. 11 universités africaines sur les 1.000 classées. Le chiffre est déjà faible et elles sont plutôt en bas de l’échelle, mais c’est le détail qui est frappant. 7 sont sud-africaines, héritières de la domination blanche qui prit fin en 1994, 3 sont égyptiennes, reflétant le vieux leadership intellectuel de ce pays sur le Moyen-Orient, et une tunisienne.

À lire aussi : Laurence Trochu : « Les conservateurs ne se coucheront pas ! »

« Il n’est de richesse que d’hommes », écrivait le philosophe Jean Bodin. L’Afrique, après 60 ans d’indépendance, est ce que ses hommes et femmes en ont fait. Alors de trois choses l’une :

  • Ou bien l’Afrique exporte vers nous sa misère ainsi que ses conflits internes et nous n’avons aucune raison de les accepter car nos systèmes sociaux et nos capacités d’accueil sont déjà fortement sous tension, en particulier sous le poids de la misère qui a été déjà importée ;
  • Ou bien l’Afrique nous envoie ses élites et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il vaut mieux qu’elle les garde, vu l’état du continent ;
  • Ou bien, enfin, l’Afrique nous envoie des bras dont nous manquerions. Avec 3 millions de chômeurs de catégorie A (sans emploi) et plus de 2 millions en B et C (emploi partiel) nous serions en pénurie de main-d’œuvre, nous dit-on. Ne soyons pas simplistes : le chômage frictionnel quasi incompressible se situe à 3,5%. Or nous sommes à plus du double de ce pourcentage. Il y a donc au moins 2,5 millions de gens qui pourraient travailler ou travailler plus. Le problème n’est donc absolument pas celui du manque quantitatif de main-d’œuvre. Il est ailleurs : insuffisance de formation, rémunérations inadéquates et, il faut bien le dire, un système d’indemnisation du chômage et d’assistanat qui permet à toute une frange de la population de se retirer du marché du travail avec un faible coût d’opportunité. Tous ces problèmes sont solvables par l’action publique ; pas par l’importation de main-d’œuvre. Sans compter que le chômage frappe déjà beaucoup plus durement les étrangers que les nationaux.

En conclusion, une vérité et une seule s’impose : la « diversité », affublée de toutes les vertus alors que l’homogénéité semble n’en avoir aucune, on en a fait le plein. Et même le trop plein. On en a tout simplement assez. Et en nous forçant à accepter ce que majoritairement nous ne voulons pas, on nous pousse lentement mais sûrement vers l’explosion. La France est une cocotte-minute qui siffle de colère. Mais les inconscients qui nous gouvernent refusent d’éteindre le feu qui la brûle. Et dont les flammes finiront par les lécher, eux aussi, s’ils ne réagissent pas à temps.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article L’homme à cheval et un délicieux fabuliste : le bel été ! (suite et fin)
Next article La cause des hommes

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération