Le projet de loi contre les discriminations envers les accents chantant de province est un enfer pavé de bonnes intentions


Octobre 2018. Jean-Luc Mélenchon est sous tension, ciblé par la justice qui a ordonné la perquisition du siège de La France Insoumise. Le député de Marseille s’emporte face à un journaliste au fort accent du sud-est, répondant à une question gênante en l’imitant de manière pagnolesque et en sous-entendant que le malheureux ne s’exprimait pas en français, comme s’il se rangeait du côté de la prononciation normée de la France des élites qu’il se plaît pourtant à affronter – du moins, dans les ors de l’Assemblée nationale -. Depuis cet incident, la lutte contre la « glottophobie » ne cesse de s’intensifier.

Laetitia Avia, l’avant-garde de la macronie

La première à frapper fut Laetitia Avia qui, réagissant à l’imitation de l’insoumis Marseillais, prétendit vouloir proposer une loi contre les discriminations linguistiques. Se faisant pour un jour la championne de la France de l’intérieur, Laetitia Avia questionnait alors Paris, ses médias et ses élites politiques : « Parle-t-on moins français avec un accent? Doit-on subir des humiliations si on n’a pas d’intonations standardisées ? Parce que nos accents sont notre identité, je dépose, avec des députés de la majorité, une proposition de loi pour reconnaître la glottophobie comme source de discrimination. (…) L’accent qu’il soit mosellan, ch’ti, du sud, parisien ou encore banlieusard est partie intégrante de l’identité de nombreux Français »

Laetitia Avia le 9 juillet 2019. SIPA, 00915665_000059
Laetitia Avia le 9 juillet 2019.
SIPA, 00915665_000059

Le lendemain, Laetitia Avia se ravisait. Peut-être consciente du ridicule de sa proposition ou de l’abondance de textes luttant contre les discriminations de toute nature dans le droit positif français, la députée prétendit avoir voulu donner une leçon à Jean-Luc Mélenchon. Son idée fit pourtant florès puisque ce qui n’était qu’une boutade est devenu une proposition de loi très sérieuse que porte désormais le député de la septième circonscription de

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite