C’est dur à affirmer autant qu’à avaler, mais inutile de tourner autour du pot : tant que les pauvres s’obstineront à vouloir manger comme les riches, ils boufferont de la merde. Autrement (et poliment) dit, tant que des gens à revenus modestes continueront à croire qu’ils peuvent accéder à des aliments de luxe vendus à bas prix, ils se feront refiler des produits indignes. De luxe ? Oui, le même intitulé figure sur l’étiquette d’un produit vendu 15 euros le kilo chez Auchan et 150 euros le kilo chez Fauchon. L’agro-alimentaire ayant un jour décidé de tout reproduire à échelle industrielle, la grande distribution déverse chaque année des centaines de milliers de tonnes d’infâmes foies gras et d’immondes saumons fumés dans les chariots des chalands venus s’offrir un peu de rêve pour le réveillon ou l’anniversaire. La législation alimentaire ne se souciant que de l’hygiénique et du biologique, et la Commission européenne persistant à ne pas exiger la traçabilité des « produits transformés », le lobby de la malbouffe peut dire, en toute sérénité : « Ceci est du foie gras » et « Cela est du saumon fumé ».

*Photo: Soleil.

Lire la suite