François Fillon à Matignon, janvier 2012. SIPA. 00630142_000010

La France a une drôle de façon de se renouveler. En (r)appelant des hommes d’un temps pour inventer un autre temps. Sa victoire, à la primaire de la droite et du centre, a fait de Fillon un homme nouveau mais l’ancien Premier ministre n’est sûrement pas un homme neuf. Si le premier tour de l’élection présidentielle se jouait aujourd’hui en fonction de l’expérience au gouvernement des candidats déclarés,  il arriverait – une fois de plus ! – largement en tête (147 mois). Loin devant Manuel Valls (154 mois).

Marine Le Pen, que la plupart des sondages envoient au second tour, arriverait, elle, bonne dernière en compagnie du candidat d’Europe Ecologie-Les Verts, Yannick Jadot, et des souverainistes Henri Guaino et Nicolas Dupont-Aignan, qui n’ont jamais occupé de postes gouvernementaux. Le benjamin de la classe, Emmanuel Macron, 38 ans, échouerait, lui, au pied du podium à égalité avec le centriste François Bayrou (150 mois).

François Fillon, le candidat élu des Républicains, a donc passé presque trois fois plus de temps au pouvoir que l’actuel président et son Premier ministre. Même Alain Juppé, pourtant attaqué sur son âge (71 ans) et sa (trop ?) grande expérience du pouvoir, lors de la primaire de la droite et du centre, a passé 54 mois (quatre ans et demi !) de moins que son ex-rival au sein d’un gouvernement. Entre 1993 et 2012, le nouvel homme fort de la droite a occupé 7 fonctions ministérielles: ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ; ministre des Technologies de l’Information et de la Poste; ministre délégué à la Poste, aux Télécommunications et à l’Espace ; ministre des Affaires sociales, du Travail et de la Solidarité ; ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ; Premier ministre et (conjointement pendant deux mois) ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. Ouf ! Cent quarante-sept mois, soit plus de douze ans : l’équivalent de deux quinquennats et demi.

Ses potentiels futurs adversaires se rattrapent loin des ministères. La plupart ont exercé des fonctions électives. A l’Assemblée notamment. François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon et Arnaud Montebourg y ont tous passé la barre des 15 ans. Marine Le Pen aussi est députée, mais à Bruxelles où elle siège depuis 12 ans, contre 7 ans pour Yannick Jadot et 4 ans pour Benoît Hamon. Face à eux, Henri Guaino, l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy, fait office de débutant du bas de ses 4 ans et demi dans les travées du Palais-Bourbon.

Mais là encore, François Fillon met tout le monde d’accord: l’homme multifonctions cumule plus de 17 ans comme député de la Sarthe et 21 mois comme sénateur du même département. Sans compter ses 6 ans au conseil général de la Sarthe et les 4 qu’il a passés au conseil régional des Pays de la Loire, effectués en parallèle de ses fonctions nationales. Depuis 4 ans et demi, il est député de Paris.

Ses détracteurs y verront un homme du passé. Ses alliés feront remarquer qu’en arrivant à l’Elysée, François Hollande n’avait, lui, aucune expérience du pouvoir…

Lire la suite