Ce n’est pas parce qu’on a successivement ouvert une parenthèse libérale jamais refermée, voté Maastricht et fabriqué l’euro qu’il faut continuer à s’enquiquiner avec des détails techniques d’ordre économique : Merkel, Trichet, et Moody’s font ça très bien.

C’est en tout cas ce que doit se dire la gauche lib-lib[1. Libérale-libertaire] hexagonale. Sourds à l’inconvenant bruit de fond émis par les turbulents bouffeurs d’olives du Club-Med qui, de la Grèce à l’Espagne, semblent opter pour une violence physique qui prouve à quel point ils sont mal élevés, les lib-lib français ont décidé quant à eux d’avancer sur des sujets de fond. En effet, peut-être ne le saviez-vous pas, mais l’heure est grave : la France est en retard.

En retard sur quoi ? Mais sur l’évolution des mœurs, bien sûr ! Cette France patriarco-phallocratique où l’on préfère les vieilles lunes bourgeoises au bonheur de jouir sans entrave et où des profs atrabilaires et sous-payés s’obstinent à nuire à la spontanéité créative de l’adolescence en continuant à faire passer l’épreuve éculée du bac de philo, cette « France moisie » aux relents autoritaristes n’a pas fait sa révolution sociétale.

Par chance, la gauche lib-lib a passé une semaine marathon à tenter d’y remédier. Dès mardi 14 juin, elle était sur le pied de guerre pour essayer d’arracher à un Parlement frileux le vote d’une loi éminemment progressiste autorisant le mariage gay. En vain, ce qui prouve combien notre pays est gangrené par le conservatisme. Pourtant, le marieur de Bègles Noël Mamère se montra très convaincant, lorsque, n’écoutant que son courage, il harangua ses collègues députés en ces termes : « vous ne pourrez pas rester longtemps à la traîne ! ». Mais il y eut, dans ce débat bien d’autres saillies croquignolesques, comme celle de cette députée socialiste s’étonnant elle-même de défendre aujourd’hui une institution archaïque qu’elle conspuait dans ses vertes années « si il y a quarante ans, quand je prônais plutôt l’union libre, on m’avait dit que je défendrais un jour le mariage ! ».
C’est vrai, ça, qui l’eût cru, à l’époque où cette élue du peuple tétait probablement des joints sur le plateau du Larzac ?

Fumer des joints en toute quiétude, voilà l’une des autres avancées majeures proposées cette semaine par la gauche lib-lib, par la voix de l’ancien ministre de l’Intérieur Daniel Vaillant. Constatant l’échec des modalités actuelles de la lutte antidrogue, et la piètre qualité de la ganja consommée dans les cages d’escalier, Vaillant suggère en effet de légaliser le cannabis pour « fumer mieux », c’est-à-dire moins toxique, l’Etat étant chargé de garantir la qualité du produit. Que n’y a-t-on pensé plus tôt ! En plus, ça coupera la « beuh » sous le pied des trafiquants, qui se reporteront immédiatement sur le deal de crack. Rusé !

Dans un ultime spasme de responsabilité, l’ex-premier flic précise tout de même : « moi, je n’ai jamais fumé un joint ». Pas comme Jospin…

Mais la gauche lib-lib, ce ne sont pas que d’anciens ministres et des députés. Ce sont aussi de nombreuses associations qui font chaque jour sur le terrain un travail remarquable. Comme « Osez le féminisme », par exemple, qui lutte sans relâche pour une meilleure répartition homme-femme de l’usage de l’aspirateur. Le 20 juin, ces militantes courageuses clôtureront en fanfare la folle semaine de la gauche lib-lib en organisant un événement signalé ici par David Desgouilles. Dans le cadre de leur grande campagne « Osez le clito », les « Indignées » du balai-brosse lancent ce lundi « une action coup de poing dans Paris et une quinzaine de villes en France » pour promouvoir le clitoris.
L’objectif ? A priori, aucun. Mais il parait que toutes les participantes homosexuelles désireuses de se marier se verront offrir un pétard garanti 100% bio.

Cette semaine, avec la gauche lib-lib, on a vraiment brossé tous les sujets qui dérangent. Profitons-en, car la semaine prochaine, il paraît qu’on reparle du chômage…

Lire la suite