Quantcast
Home Brèves Quand Facebook interdit Marianne


Quand Facebook interdit Marianne

Quand Facebook interdit Marianne
Liberté guidant le peuple de Delacroix ©SIPA_00322797_000002
"La Liberté guidant le peuple" de Delacroix, 1830. ©SIPA_00322797_000002

L’écrivain Jocelyn Fiorina a écrit une pièce de théâtre [1. Coups de feu rue Saint Roch de Jocelyn Fiorina – Avant-première ouverte au public, le mercredi 14 juin à 21 heures, au théâtre Le Funambule-Montmartre] intitulée Coups de feu rue Saint-Roch qui met en scène la rencontre (bien réelle) en 1832 entre Alexandre Dumas et Edgar Poe, sur fond de conspiration et d’émeutes républicaines contre le régime de Louis-Philippe.

Porno vintage

Fort logiquement, il a choisi de faire figurer sur l’affiche de sa pièce un fragment du célébrissime tableau La liberté guidant le peuple, peint par Delacroix en 1830. Et pour donner de l’écho à l’avant-première du 14 juin, l’auteur avait prévu d’acheter des placards de pub sur les réseaux sociaux, le support idéal pour les petits budgets.

A priori, une bonne idée, mais non. Facebook a refusé la pub… à cause du sein nu de la Marianne de Delacroix ! Notre ami Jocelyn a d’abord cru qu’il s’agissait là de la décision arbitraire d’un[access capability=”lire_inedits”] robot ou d’un algorithme mal paramétré qui aurait confondu le symbole de la République avec une photo porno. Mais non, ce sont bien des humains de la régie pub du réseau qui ont pris cette décision ubuesque. Une position intangible qu’ils ont argumentée dans plusieurs mails expliquant que Facebook ne peut se permettre de froisser la sensibilité de certains de ses utilisateurs.

Donc, pas de soutif, pas de pub. Vivement la révolution ![/access]


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Au Québec, la censure gagne du terrain à l’université
Next article Aujourd’hui la PMA, demain l’euthanasie et la GPA
De l’Autonomie ouvrière à Jalons, en passant par l’Idiot International, la Lettre Ecarlate et la Fondation du 2-Mars, Marc Cohen a traîné dans quelques-unes des conjurations les plus aimables de ces dernières années. On le voit souvent au Flore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération