Home Brèves Europe : attention à l’exorciste polonais


Europe : attention à l’exorciste polonais

A une époque, quand on nous laissait encore la possibilité de voter par référendum pour notre destin européen, un des arguments des nonistes avait été le danger du fameux plombier polonais qui allait tuer les artisans français à cause de la directive Bolkenstein sur la libéralisation des services. Aujourd’hui, à la veille de la ratification parlementaire du TSCG alias traité budgétaire, alias traité austéritaire, le danger vient toujours de Pologne.

Cependant, il ne s’agit plus du plombier mais de l’exorciste. Oui, oui, l’exorciste façon Père Merrin dans le film de William Friedkin. La Pologne a en effet multiplié par 30 en quinze ans le nombre de ses exorcistes qui sont plus de 120 aujourd’hui. Et dans n’importe quel kiosque de Varsovie, on peut trouver leur mensuel, Egzorcystan qui tire quand même à plus de quinze mille exemplaires. Une explication à ce phénomène ? Elle est donnée par le père Alexander Posacki, professeur de théologie et expert reconnu en matière de démonologie. Lui-même exorciste, il fait le lien entre l’augmentation des cas de possession démoniaque et les changements politiques et économiques intervenus en Pologne depuis la chute du communisme : « C’est dû indirectement au changement de système : le capitalisme crée plus d’occasion pour certains de faire des profits dans le domaine de l’occultisme. »

Devant une telle mauvaise foi, ce qui est un comble de la part d’un homme d’église, il faut opposer notre bon vieux cartésianisme français. Il est hors de question, en effet, de laisser un prêtre catholique polonais, probablement antisémite, faire croire qu’il y aurait quelque chose de démoniaque dans le capitalisme et son désir de sacrifier des régions industrielles entières pour gagner quelques centaines de millions d’euros de plus. Alors que l’on sait très bien, au contraire, comme on peut le vérifier tous les jours, que ce système est le meilleur qui soit dans le meilleur des mondes possibles et obéit à des thèses aussi rationnelles que la main invisible, les harmonies spontanées et la théorie du ruissellement.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Christopher Lasch : la famille assiégée
Next article Alain Minc, ou l’antifascisme en mocassin
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération