L’écologie, et encore plus la décroissance, ont toujours eu un petit côté curé puritain assez désagréable et l’idée de devoir vivre selon les préceptes de Thoreau pourrait même assez vite virer au cauchemar. La simplicité volontaire, si elle signifie un monde couvert de villages où l’on fait ses besoins dans des toilettes sèches, où l’on doit porter des pulls qui grattent et ne jamais manger de viande, on s’en passera très bien. Ceci étant dit, une association norvégienne, Fuck for the forest (FFF, à ne pas confondre avec Fédération Française de Foutebaule), pourrait nous faire changer d’avis. Ce site Internet propose en effet un contenu gentiment pornographique (amateurs cabriolant joyeusement dans les bois) mais payant. Les profits engendrés par ce voyeurisme vert sont reversés intégralement à diverses associations s’occupant de reboisement dans des pays comme l’Equateur ou le Costa Rica. Quand la zone protégée se confond avec la zone érogène, on ne peut qu’adhérer au slogan de Fuck for the forest, premier site d’environmental porn : « Sauver la planète est sexy ! »

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Martin Terrier
Ancien militaire et journaliste, Martin Terrier est consultant pour des ONG et travaille actuellement à une histoire de l'escadrille Normandie-Niemen.
Lire la suite