Olivier Ferrand/DSK. Montage : leclau.

Que Philippe, sympathisant socialiste, soit remercié de m’avoir indiqué, sur un réseau social détesté par Jérôme Leroy, l’existence de cette enquête du Monde. Qu’il soit loué de m’avoir plus précisément signalé cette phrase-clef : « A Paris, les intellos du groupe de réflexion Terra Nova ont compris un peu tard que ce patron inaccessible auxquels ils auraient tant voulu rendre visite à Washington leur avait préféré une autre compagnie. »

Ainsi, tout s’explique ! Si Dominique Strauss-Kahn aimait passer son temps dans le Nord-Pas-de-Calais, ce n’était pas parce qu’il s’identifiait avec émotion au personnage joué par Kad Merad dans les Ch’tis. Ce n’était pas non plus pour voir le génial lutin Eden Hazard enrhumer ses adversaires d’un dribble dont il a le secret.

En fait, DSK voulait échapper à Olivier Ferrand et ses amis de Terra Nova, qui le harcelaient par différents mails et coups de téléphone pour obtenir un rendez-vous et lui présenter leurs dernières trouvailles idéologico-stratégiques : comment construire la nouvelle majorité de gauche, lutter contre le trop- plein de blancs à la Fédé de foot ou accomplir la révolution du mode de scrutin présidentiel.

Face à de telles salves, il y a en effet de quoi se réfugier chez le premier Dodo la Saumure venu. Strauss-Kahn souhaitait être investi pour représenter la Gauche face au Président sortant. Peut-être savait-il, par des sources aussi excellentes que les miennes, qu’ Olivier Ferrand était aussi à l’aise dans les allées de la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse pendant un ban bourguignon qu’Elisabeth Lévy à une convention d’Osez le Féminisme.

Le surmoi de gauche de DSK l’aura donc éloigné de Terra Nova et rapproché des moules-frites de Lille et du Pas-de-Calais. Mon ami Philippe me susurre d’ailleurs que le candidat virtuel[1. Comme l’appelait un certain Michel Rocard.] du PS tentait peut-être aussi de se rapprocher des miens en témoignant d’une réaction gaul(l)ienne, non loin de la maison natale du Général.

De Gauche, gaul(l)iste ? Et si en voulant échapper à Ferrand, DSK n’avait-il pas montré sa profonde humanité ?

Lire la suite