D’un côté, j’en suis bien conscient, si je ne me ressaisis pas, jamais je ne vous parlerai, comme promis, de notre bon pape François. Pourtant, qui d’autre le ferait mieux que moi, surtout dans le cadre de cette chronique ? D’un autre côté, il incarne l’éternité, alors que moi, je me sens un peu tenu par l’actualité, surtout quand elle me concerne. Après la mini-thèse dont je fus récemment l’objet sur un site complotiste voilà-t-il pas que je suis sollicité pour une vraie thèse de science politique ! Face à ça, on comprendra que le Scutum Fidei dont je comptais vous entretenir peut bien attendre encore un moi ou deux.

Mes années clubbing

Vendredi 24 janvier

Me voilà donc saisi par courrier d’un questionnaire destiné à une thèse de doctorat. Pas sur moi, hélas, mais sur le Club de l’Horloge, où j’ai quand même officié en tant que « nègre » au sortir des écoles, de 1977 à 1981. Pourquoi ne pas répondre ?

*Photo: SIMON ISABELLE/SIPA. 00622192_000009

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Basile de Koch
est chroniqueur des nuits parisiennes à "Voici" et du Basile de Koch est chroniqueur des nuits parisiennes à "Voici" et du PAF à "Valeurs actuelles". Il est aussi essayiste à 16h.
Lire la suite