Quel est le point commun entre la Tunisie, la Russie, la Turquie, l’Inde, les Etats-Unis et le Maroc ? Ils font partie des vingt pays qui changeront – ou pas – de gouvernement par la voie des urnes pendant l’année. On pourrait ajouter qu’ils incarnent différents niveaux sur l’échelle de Richter de la démocratie : balbutiante ici, ancienne ailleurs, parfois menacée, toujours imparfaite.

Daniel Leconte, producteur bien connu des soirées Thema d’Arte, sait bien que des bulletins de vote et des caméras ne suffisent pas à la définir. Il a voulu comprendre comment le même mot pouvait désigner des réalités aussi diverses tout en suscitant une ferveur comparable (même si on imagine bien que les Américains sont un peu plus blasés que les Tunisiens). Grâce au principe du carnet de route, les équipes parties explorer « le pire régime à l’exception des autres » évitent autant l’écueil du didactisme que celui du prêchi-prêcha.

Dans le premier film, consacré à la Tunisie, les témoignage de jeunes filles qui découvrent la liberté de se voiler, de femmes qui redoutent d’avoir à le faire, et de bien d’autres acteurs anonymes et célèbres posent la question de la possibilité d’émergence d’un islamisme démocratique. Mais tout l’intérêt de ce travail, c’est qu’il se garde bien de donner une réponse.

Tunisie : mardi 10 janvier, 22h35 Arte
Russie : 28 février 2012, ARte

Lire la suite