Home Brèves De Bagdad à Tunis

De Bagdad à Tunis

“L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes” affirmait un économiste barbu du dix-neuvième siècle. Il aurait pu aussi bien dire la même chose pour le peuple tunisien qui offre sans doute pour la première fois la possibilité à un pays arabe de devenir une démocratie sans la moindre ingérence étrangère.

Ce qui serait quand même une très bonne chose, non ? On dit ça, parce que la dernière tentative en date est celle des Américains en Irak. Le wilsonisme botté de Bush Jr avait utilisé le prétexte démocratique pour justifier son intervention pétrolifère. Quelques années et quelques centaines de milliers de morts plus tard, on voit le résultat : l’anarchie sanglante et les massacres intercommunautaires se succèdent sans relâche.

La chance de la Tunisie, sans doute, c’est de ne pas avoir de matières premières qui aiguisent les appétits étrangers. Ses seules ressources naturelles, si l’on en juge par les images que l’on reçoit, ce sont des filles particulièrement jolies comme le révèle une éclatante absence de voile. À moins de confondre les robes noires des avocates qui sont de toutes les manifs avec une burqa, ce qui est tout de même assez difficile…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Qatar, vous avez dit bizarre…
Next article Marine n’est pas encore Marianne
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération