« Souvent, le racisme sert de manteau à l’ignorance, à la petitesse, aux frustrations et aux aigreurs des personnes complexées et faibles d’esprit. »
Kama Sywor Kamanda


Nous sommes donc en début de week-end sous un ciel parisien plombé par des cumulo-nimbus charnus et plâtreux. Alors que le coronavirus a été, jusqu’à ce jour, le sujet qui a mis hors-jeu les palabres sur le temps comme il va, voilà soudain que le microcosme s’agite autour d’un non sujet qui, il faut bien se rendre à l’évidence, m’occupe aussi. De quoi s’agit-il en vérité ? Transposons les choses à leur juste place : Valeurs actuelles a publié une fiction avec, comme héroïne, la députée LFI de Paris, en la mettant précisément dans le contexte de sa propre doctrine racialiste. Cette fable représente Obono en esclave, elle qui se gausse d’être la descente d’esclaves ayant fait l’objet d’un commerce triangulaire, oubliant au passage que les slaves blancs ont été les premiers esclaves de l’humanité (d’où le mot utilisé) et oubliant que les premiers esclavagistes ont été les arabo-musulmans et les noirs africains eux-mêmes.

Entre deux identitaires, je m’interdis de choisir. Les deux camps sont le miroir l’un de l’autre et s’acharnent, l’un comme l’autre, à déstructurer les valeurs universalistes

Que je le dise tout de suite à ceux à qui ça a échappé et que je le rappelle à ceux qui me connaissent : je suis à équidistance entre Obono et Valeurs actuelles. Ce journal a mis en lumière un phénomène qui est passé au travers des mailles des extrémistes de gauche : l’indigénisme avéré d’Obono. Elle est une ennemie affichée de la laïcité, de l’universalisme et même une ennemie de la République. Pour parachever le tout, je n’hésite pas à soutenir que c’est une raciste qui met en avant la seule couleur de peau. C’est donc une militante d’une mouvance qui a été jusqu’à apporter son soutien à Dieudonné. Elle n’a jamais su agir autrement qu’en fractionnant les citoyens en bons ou en méchants. Nous sommes quand même quelques-uns, souvenez-vous, à l’avoir déjà dénoncée ici et ailleurs.

Selon l’évangile de la gôche bien-pensante, ne peut se prévaloir du statut de victime que celle ou celui qui fait partie de la minorité, qu’il s’agisse d’un islamiste ou d’un racialiste. Cette fameuse gôche, qui transpire l’amalgame, s’est levée pour défendre une militante d’une cause indéfendable. C’est à ce point précis que l’on mesure la perte des valeurs dont se prévalaient ceux qui défendaient l’unicité de la nation.

Drôles de Zorro

Le camp de la vertu est donc venu, comme Zorro, au secours de la veuve et de l’orphelin. J’aurais voulu, pour ma part, voir ces citoyens intègres et irréprochables, noyés dans le miel de l’angélisme, s’indigner lorsque Danièle Obono indiquait, toute fière : « Je n’ai pas pleuré Charlie. J’ai pleuré toutes les fois où des camarades ont défendu, mordicus, les caricatures racistes de Charlie Hebdo ou les propos de Caroline Fourest au nom de la ‘liberté d’expression’ (des Blanc-he-s/dominant-e-s) ou de la laïcité ‘à la Française’. Mais se sont opportunément tu-e-s quand l’Etat s’est attaqué à Dieudonné, voire ont appelé et soutenu sa censure ».

A lire aussi: Obono: l’effet boomerang

J’aurais aimé constater que ces angelots se savoir offensés contre le fait quand Obono soutenait que « la non mixité sociale n’était pas dangereuse » et qu’elle se targuait d’avoir comme camarades ceux qui se disaient sexistes, antisémites, homophobes, pour qui la couleur de la peau passe avant le combat universaliste, qui défendent la vision des islamistes et qui se donnent comme nom celui des indigènes, effaçant du même coup la lutte des seuls indigènes qui se sont soulevés héroïquement contre le colonialisme.

J’aurais aimé voir s’irriter et se scandaliser ces professionnels de la tempérance lorsqu’Obono, pourtant élue de la République, a osé dire que la loi sur les signes religieux ostentatoires était une loi « raciste et islamophobe ».

Le camp républicain mal en point

Mais qu’attendre d’autre du niveau intellectuel de ces agitateurs qu’ils soient députés ou journaux d’extrême-droite. Ils tendent vers un seul but : détruire l’émancipation laïque et sociale du peuple et de la République une et indivisible qu’ils sont supposés servir. C’est, à l’évidence, une sortie incongrue maquillée sous un vrai-faux débat de société.

Je n’ai absolument rien à apporter comme soutien à Danièle Obono, de la même façon que je vomis Valeurs actuelles. Je n’y suis pour rien dans cette caricature.

Entre deux identitaires, je m’interdis de choisir. Les deux camps sont le miroir l’un de l’autre et s’acharnent, l’un comme l’autre, à déstructurer les valeurs universalistes. L’un et l’autre sont responsables des insultes que nous subissons en tant que républicains.

Pour quelqu’un qui n’a jamais apporté le moindre soutien à Charlie, qui n’a pour seul viatique que la couleur de la peau, qui fricote avec les pires du PIR, vous ne pouvez pas savoir comme je m’en balek de ce qui lui arrive. Qui sème le vent…

Nos mollets sont plus que souvent mordus par ces chiens. Danièle Obono et ses sbires ont de tout temps applaudi au plus fort des morsures. Ils ont été jusqu’à mettre du sel sur nos plaies à vif.

A lire aussi: Obono défend Bouteldja, Mélenchon se reconnaît bien las

Je n’oublie pas non plus que ces gens ont défilé à la marche des islamistes du 10 novembre 2019 place de la République en s’affichant avec les pires réactionnaires. Charb, Tignous, Cabu, Wolinski, Honoré, Elsa Cayat et Bernard Marris savent que ces abjects indigénistes n’ont pas eu un mot lorsqu’ils ont été abattus comme des chiens. Pire, certains sont allés jusqu’à se frotter les mains et à cracher sur leurs noms à défaut de le faire sur leurs tombes.

Entre les deux mon cœur balance

Entre deux abjections, mon cœur ne balance pas, il ne choisit pas, il refuse de céder à la politique de l’émotion. En revanche, je choisis de laisser les crocodiles se déchiqueter dans le marigot. Je n’apporterai jamais une once de solidarité à ceux qui ont dansé sur les tombes de Charlie.

C’est juste que deux groupes d’identitaires se canardent dans une cour de récréation. Les identitaires blancs et les identitaires indigénistes se crachent dessus. Et cette personne, que certains défendent contre vents et marées, est tout simplement la cible des racismes blancs sur lesquels elle a vomi son propre racisme. Je ne défendrai ni l’un ni l’autre. Qu’ils s’entredévorent dans un cul de basse-fosse. Ça ne me concerne pas.

Lire la suite