Malgré ses rodomontades, le président américain a accepté le principe d’un dialogue nucléaire direct avec son homologue nord-coréen. C’est sous-estimer la rouerie de Kim Jong-un, plus que jamais en position de force pour déstabiliser la région.


Dans la chronologie du contentieux nucléaire entre la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) avec le reste du monde, le mois de mars 2018 restera comme un jalon dont l’histoire dira s’il fut décisif. Commencé avec la promesse d’un sommet intercoréen pour le mois d’avril prochain, le dernier mois de l’hiver s’est poursuivi avec une annonce tonitruante de Washington : vendredi 9 mars 2018, la Maison-Blanche informait que le président Trump avait accepté une invitation de Kim Jong-un à le rencontrer « en un lieu et à une date à déterminer ». Plus tard dans la journée, Sarah Huckabee Sanders, la jeune porte-parole de la présidence précisait que la rencontre aurait lieu quand le régime nord-coréen aurait pris des initiatives « concrètes et vérifiables » sans que ces dernières fussent spécifiées. Enfin, un revirement moins officiel clôturait cette longue journée : l’invitation avait bien été acceptée sans condition.

A lire aussi: Donald Trump et Kim Jong-un : un barrage pour le Pacifique

À l’annonce de cette grande première, la plupart des observateurs de la région nord-est asiatique firent part de leur surprise, de leurs doutes q

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2018 - #56

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite