Et de quatre. Le mystérieux sérial killer qui élimine un par un à droite les petits candidats, a encore frappé. Après Borloo, Morin et Christine Boutin, c’est au tour de Frédéric Nihous de Chasse Pêche Nature et Tradition de disparaître des écrans radars.

Le point commun entre tous ces candidats disparus était leur détermination invincible : on allait voir ce qu’on allait voir. Sarkozy, c’était l’ennemi : Christine Boutin en était allée jusqu’à une dangereuse dérive gauchiste puisqu’elle avait menacé de rallier Bayrou si elle était empêchée. Elle s’est finalement ralliée à Sarkozy sans hésiter après que le Président lui a fait un petit cadeau en indiquant ses plus vives réserves sur le mariage homosexuel.

Le cas de Frédéric Nihous est quand même très amusant, si on y songe. Constatant l’impossibilité de réunir ses cinq cents signatures, celui qui se présentait comme le défenseur « de la ruralité et de ses valeurs » a rallié Nicolas Sarkozy dont, quelques soient les qualités qu’on puisse lui reconnaître, est précisément le premier président de la Cinquième république dont l’attachement au terroir n’est pas la marque de fabrique. Neuilly n’est pas Trifouilly et Frédéric Nihous ne devait pas être si branché que ça avec les élus de la ruralité sinon ceux-ci, même de droite, lui auraient expliqué que pour protester contre la disparition des services publics dans les campagnes, ils avaient fait gagner la gauche au Sénat…

Lire la suite