Home Culture “Capharnaüm”, un film pleurnichard pour pleurnicher


“Capharnaüm”, un film pleurnichard pour pleurnicher

En le récompensant, le jury de Cannes s'est trompé de catégorie

“Capharnaüm”, un film pleurnichard pour pleurnicher
Capharnaüm, Nadine Labaki, 2018 ©Mooz Films

Aux larmes citoyens ! Le dernier Prix spécial du jury du Festival de Cannes, Capharnaüm, tient moins du cinéma que du mouchoir et prend le spectateur en otage. 


On devrait créer à Cannes, aux César et ailleurs le « Prix de la meilleure prise d’otages émotionnelle ou du meilleur protocole compassionnel ». Serait ainsi récompensé un film parfaitement insupportable, parce que manipulant son spectateur avec des ficelles que des esprits radicaux pourraient qualifier de « dégueulasses », comme on dit chez Godard. Le jury cannois 2018 s’est donc lourdement trompé d’intitulé en remettant au film de la cinéaste libanaise, Nadine Labaki, le Prix spécial du jury pour son Capharnaüm.

Où est le cinéma ?

On sait que ce dernier mot vient du nom de la ville judéenne, au bord du lac de Tibériade, où Jésus fut assailli par une foule de malades en tout genre. Et les maux plus terribles les uns que les autres, Labaki adore ça : son film n’est pas fondé sur un scénario, mais sur un lamento destiné à faire naître un torrent lacrymal obligé.

Le point de départ est à la hauteur de cette entreprise : un enfant de 12 ans attaque ses parents en justice pour lui avoir donné la vie. C’est cette roublardise qui préside à l’ensemble de la destinée narrative du film. Jusqu’à créer un suspense sur un enfant maltraité et ainsi de suite. En mettant les âmes sensibles de son côté d’entrée de jeu, Labaki ne laisse la place ni pour le cinéma (le film n’est qu’une machine à produire des larmes) ni a fortiori pour la complexité. La seule question qui vaille : est-il raisonnable de faire payer des spectateurs pour leur asséner un tel discours moralisateur ?

Capharnaüm, Nadine Labaki, en salles depuis le 3 octobre 2018.

Caramel [Édition Collector]

Price: 13,48 €

19 used & new available from 5,39 €

Octobre 2018 - Causeur #61

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Elites occidentales: elles pensent comme Poutine!
Next article Spinoza lut la Bible et la laïcité fut
Critique de cinéma. Il propose la rubrique "Tant qu'il y aura des films" chaque mois, dans le magazine

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération