Astérix est de retour, et pas seulement chez les Pictes ! C’est chez lui, en Bretagne, que l’Armoricain teigneux exerce ses talents de castagneur. Et ce ne sont plus les légionnaires romains qui font les frais de sa colère, mais des CRS et des gardes mobiles qui, pour le coup, doivent regretter leurs douces casernes du « 9-3 ». Sans doute méfiants vis-à-vis des comics depuis Bécassine, les émeutiers du Finistère n’ont pas choisi de coiffer le casque gaulois, mais le bonnet rouge des révoltes de 1675 contre le papier timbré. Un choix somme toute logique : trois cent trente-huit ans plus tard, c’est toujours le ras-le-bol fiscal qui unifie comme par magie smicards, licenciés des abattoirs et agriculteurs prospères de la FNSEA.

Si l’émeute est un moyen comme un autre de se faire entendre, surtout à l’ère des chaînes d’info,  les Bretons font néanmoins fausse route. En réalité, leur problème n’est pas l’écotaxe, mais l’abolition des frontières. Ce n’est pas une gabelle de  quelques centimes au kilomètre de poids lourd qui  empêchera les abattoirs  allemands de truster le marché européen, en payant leurs ouvriers polonais et roumains à coups d’os de jambon.

Lire la suite