Phillip Blond est philosophe, théologien et politologue. Il a écrit l’essai Red Tory : How Left and Right Have Broken Britain and How We Can Fix It (Faber & Faber, 2010). Il est connu pour avoir inspiré la campagne victorieuse de David Cameron en 2010 autour du thème de la « Big Society ».

Causeur. Vous avez théorisé le « torysme rouge » pour le compte du Parti conservateur. Quel est le sens de cet oxymore ?  

Phillip Blond. Ces termes apparemment contradictoires définissent pourtant la seule majorité électorale possible dans les pays développés : l’alliance des exclus, rejetés par une gauche incapable d’amener la prospérité économique, et des gens socialement conservateurs qui ne se sentent plus en phase avec une droite ultra-libérale qui n’a pas su inventer un capitalisme populaire. Là où le libéralisme a échoué, je propose un accès égal de tous à la propriété, à l’éducation et au marché, en m’appuyant sur la société civile. Par exemple, contre les grandes surfaces et les supermarchés qui tuent le lien social, il faut soutenir le petit commerce. Le conservatisme devrait se mettre au service des ouvriers, des familles et du lien social au lieu de se préoccuper uniquement des riches et de la défense des intérêts acquis.

*Photo: Hannah

Lire la suite