Quantcast
Home Édition Abonné Avril 2019 Belattar et les vautours de Christchurch


Belattar et les vautours de Christchurch

Les apôtres du "pas d'amalgame" pratiquent l’amalgame dans la seconde où ils se sentent concernés

Belattar et les vautours de Christchurch
©Soleil

Après l’attentat anti-musulmans de Christchurch, les apôtres du “pas d’amalgame” – Yassine Belattar en tête – ont pratiqué l’amalgame à plein régime.


« Pas d’amalgame » m’a toujours semblé la phrase clef, l’escroquerie initiale – d’ou le nom de cette chronique. Cette injonction m’énervait tellement que, malgré mon naturel pacifique, je lui avais accolé le sous-titre « Sauf dans tes dents ».

De quoi était-il question ? De l’islam bien sûr. « Les patrons, tous des salauds » ou « Les vieux, ces gâteux » ne font pas bondir grand-monde. En réalité, la plupart des « Zemmoukielkrautiens », que l’islam effraie ou indispose pour cause d’islamisme, s’abstiennent de confondre un musulman et sa religion. Beaucoup d’entre eux estiment que le problème pourrait venir, sauf votre respect, excusez-moi de vous demander pardon, du Coran qui, étant incréé, ne peut être par définition ni abrogé ni même arrondi aux angles. En général, même ceux qui n’aiment pas l’islam (ce qui est un droit) considèrent que le croyant, en revanche, est avant tout un être humain susceptible de s’abstenir du pire.

J’évoque là des discours ayant pignon sur rue, n’ignorant pas que chaque individu est capable d’être un âne raciste à titre personnel, surtout dans un pays ou l’industrie de l’andouille se porte à merveille. S’agissant des faits, toujours têtus, les juifs tués et les églises profanées arrivent fièrement devant les violences faites aux mosquées.

À titre personnel, je pense que ce sont les hommes et non les textes qui sont coupables lorsqu’ils choisissent de suivre à la lettre un texte violent, anti-tout ce qui ne suit pas ses injonctions. Il est de bon ton de dire qu’en matière de prescriptions meurtrières, toutes les religions se valent. C’est factuellement faux, mais peu importe. Là n’est pas la question. Force est de constater que, quelle que soit la teneur du texte sacré de chaque religion, qui est à contextualiser, ni le judaïsme ni le christianisme ne s’en servent en 2019 pour légitimer des actes immondes. Aucun juif, aucun chrétien n’entend conquérir la planète pour la dévouer à « son » Dieu. Surtout, quelle organisation structurée a commis ces dernières décennies de multiples attentats criminels au nom de la Torah ou des Évangiles ? Les juifs et les chrétiens ont-ils brandi leurs livres pour se justifier de décapitations, de lapidations, d’enlèvement de jeunes filles ou de marché aux esclaves ?

Après l’attentat terroriste de Christchurch, qu’il est doux d’entendre tous ceux qui me font l’honneur d’avoir le titre de ma chronique pour mantra, pratiquer l’amalgame dans la seconde où ils se sentent concernés. À l’époque ou je m’émerveillais (et me réjouissais) que ce type de massacre n’ait pas  lieu plus souvent, Monsieur Belattar déplorait certainement une disette d’arguments pour faire porter le chapeau aux suspects habituels.

Le 29 janvier 2017, première horreur dans une mosquée au Canada, six musulmans tués, 35 blessés. Et même pas un petit bisou du tireur à Zemmour lorsqu’il est arrêté.

Le 19 juin 2017, au Royaume-Uni, une camionnette fonce dans la foule des fidèles qui sortaient d’une prière du ramadan : un mort et douze blessés et aucune citation de Finkielkraut, l’ingrat !

Avec Christchurch, la mouche change enfin d’âne. L’occasion est trop rare pour ne pas tenter de l’exploiter. Alors, il accuse tranquillement Zemmour d’avoir fait tuer 50 personnes.

« Je ne vois pourquoi il serait plus inspiré par moi que par des actions qui ressemblent directement à celle qu’il a commise », a répliqué Zemmour. Il serait rappeur, on dirait que c’est sa meilleure « punchline ». Implacable contre-argument.

Dans un très long texte, le tueur évoque comme catalyseur un voyage touristique en Europe au printemps 2017 où « l’état des villes françaises » l’aurait particulièrement accablé. « Pendant des années j’avais entendu des histoires sur l’invasion de la France par les non-Blancs, mais je pensais que c’était des rumeurs ou des exagérations. Mais quand je suis arrivé en France, […] j’ai vu que dans toutes les villes françaises, les envahisseurs étaient là. »

Il n’en fallait pas plus à l’ancien comique et à tous les Boniface du microcosme pour décréter que les intellectuels qu’ils exècrent à longueur d’année étaient les inspirateurs directs du massacre. Car il est bien connu que le Néo-Zélandais moyen lit chaque matin son réac en Français dans le texte

Pourtant, après avoir lu ce « manifeste », je n’y ai trouvé trace d’aucun de leurs noms. L’auteur y prétend que le déclic s’est fait lors de la visite d’un cimetière de soldats américains morts pour libérer l’Europe envahie. « C’est là que je me suis dit que je passerais à l’action, à la violence. Que je me battrais contre les envahisseurs moi-même. » (Le tueur oublie que ces soldats dont il voulait honorer le sacrifice luttaient contre des fascistes et des racistes qu’il vénère probablement.)

Mieux. Un peu plus loin on peut encore lire : « Y a-t-il une personne qui vous a radicalisé le plus ? »

On va enfin savoir qui est le coupable ! Finkie ? Renaud Camus certainement…

« Oui, la personne qui m’a le plus influencée est Candace Owens. Chaque fois qu’elle parlait, ses idées m’étonnaient et ses propres opinions me poussaient de plus en plus dans la conviction que la violence prévalait sur la douceur… »

Il est à noter que Candice Owen est… une jeune américaine, activiste conservatrice, noire. Tout le portrait de Finkielkraut…

Comme Jean-Marie Le Pen, qui s’intéressait plus à son cousin qu’à son voisin, monsieur Bellatar se soucie plus du massacre affreux de Christchurch que de celui, tout aussi horrible, d’Utøya, dont il n’a pas tiré des conclusions amalgamantes sur la socialistophobie. (Ce sont de jeunes socialistes que Breivik avait tués.)

Dans ce « créneau », j’ai une suggestion qui rendrait son combat crédible et épargnerait des millions de vies. Il s’agirait de s’attaquer à un conflit millénaire qui a déjà fait plusieurs millions de mort parmi les musulmans : le chiisme contre le sunnisme.

Depuis qu’à la mort du prophète Mahomet, en 632, la question du successeur le plus légitime pour diriger la communauté des croyants s’est posée, on ne sait pas ce qu’est l’islam : sunnisme ou chiisme ? La guerre au Yemen, qui met aux prises, derrière les milices locales des deux camps, les deux grandes puissances rivales du Moyen-Orient, l’Arabie saoudite et l’Iran, donne toute la mesure de l’antagonisme qui ensanglante la région depuis des siècles.

Elle ne se réclame d’aucun auteur français.

Elle est la répétition millénaire d’une rivalité meurtrière écrite noir sur sang.

Tant que Yassine Belattar ne se mobilisera pas contre cette boucherie, je continuerai de penser que, pour lui, dénoncer les meurtriers qui l’arrangent compte beaucoup plus qu’épargner les vies d’innocents.

Avril 2019 – Causeur #67

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Vos “amis” numériques ne vous enterreront pas
Next article Un printemps noir flotte sur la Russie
est cinéaste et scénariste. Il a notamment réalisé La journée de la jupe (2009).

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération