Qu’on se le dise ! Paris vient de célébrer la réouverture d’un lieu mythique des Années folles : le Bal nègre. Enfin presque… Ce cabaret qui mit à l’honneur Joséphine Baker et programma avant tout le monde jazz et musique antillaise, tomba ensuite dans l’oubli avant de fermer pendant quelques décennies.


Le Montparnasse des années folles ressuscité avec la réouverture du Bal nègre

En 2012, un trader français de la City, Guillaume Cornut, rachète le lieu pour lui redonner vie. Aveuglé par ses passions mélomanes, le malheureux explique alors que ce nom de Bal nègre fait « honneur à la communauté antillaise, qui est très fière de ce lieu associé à une période heureuse ». Il n’en fallait pas plus pour tirer sur le pianiste.

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mai 2017 - #46

Article extrait du Magazine Causeur