Un été marqué pour moi, entre Côte d’Azur et Jura, par le cinéma nonsensique. Eh ben, y a pas à dire : une heure treize au poste avec Dupieux, c’est quand même moins long qu’une heure trente-neuf à la Party de Blake Edwards – mais plus que les cinquante-cinq minutes consacrées par Arte à Ephraïm Kishon. Rien à voir ? C’est bien ce que je dis.


Party fine chez Télérama

Reprise de La Party (1968). Par quelle magie ce redoutable nanar continue-t-il de faire l’unanimité auprès des cinéphiles cinquante ans après ? Mystère et boule puante.

Le pauvre Peter Sellers, passé au cirage, surjoue ici un Gaston Lagaffe indien qui déclenche des catastrophes en chaîne dans un cocktail mondain. Du jamais-vu (… depuis les Trois Stooges), et en même temps tellement sixties !

« Un chef-d’œuvre cultissime », se pâment Les Inrocks. « Absurde, géométrique, implacable comme la fatalité en marche… », décrypte dans Télérama un Pierre Murat extatique – qu’on a connu plus sévère avec les pignolades.

Mais ici rien à voir, nous fait-il savoir : c’est un film engagé ! Au-delà des bonnes blagues, il dénonce « le vide existenti

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2018 - Causeur #60

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite